Dimanche 17 novembre 2019

Les habitants de Saint-Chamond veulent garder leur église

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 28 avril 2009 - 378 mots

SAINT-CHAMOND [28.04.09] – Alors que la restauration de l’église Notre-Dame est en cours depuis des années et a déjà coûté plusieurs millions d’euros à la collectivité, les habitants de Saint-Chamond, appelés à voter pour ou contre la démolition de l’église, se sont prononcés en faveur de la réhabilitation.

Saint-Chamond a organisé dimanche 26 avril 2009 une consultation de l’ensemble de la population sur le sort de l’église Notre-Dame qui se dresse au cœur de la ville. 80,44% des votants ont voté contre la démolition de l’église du XIXe siècle, et la construction d’une autre église plus petite et fonctionnelle à sa place. En revanche, seuls 28,34% des 23 813 électeurs inscrits se sont déplacés pour voter. Le mois prochain, une délibération sera proposée au conseil municipal.

Le projet de destruction de l’église avait soulevé l’indignation auprès des habitants et fait parler de lui : le journal local l’évoquait presque quotidiennement, les blogs de défense du site se sont multipliés sur le web.

Un collectif de sauvegarde de l’église Notre-Dame a été constitué, afin d’empêcher sa démolition et de poursuivre les travaux de rénovation. Ce vote a été fortement contesté par les opposants au projet de démolition de l’église, qui voyaient en lui une manière simpliste de traiter la question. D’après eux, les habitants appelés à voter souffraient d’un cruel manque d’informations concernant les projets de rénovation. De même, ils percevaient comme un gâchis la somme de 35 000 euros dépensée pour chiffrer le coût de la démolition, qui aurait pu par exemple servir à faire un concours de projets de rénovation. « Nous regrettons la façon dont est formulée la question posée lors de la consultation. Nous aurions préféré qu'elle porte sur l'avenir du bâtiment », explique Jean-Pierre Gay, membre du Comité de sauvegarde.

L’édifice est fermé au public depuis 2004 pour des raisons de sécurité. Alors qu’une de ses flèches, qui menaçait de s’effondrer, a été démantelée en 2004, la réhabilitation de la seconde, qui culmine à 67 mètres du sol, a déjà coûté 4,3 millions d’euros à la collectivité. Selon les opposants à la démolition, le coût de la rénovation, qui est de 3,3 millions d’euros, est seulement supérieur de 500 000 euros à celui de la démolition, ce qui représente 31 euros par foyer fiscal.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque