Vendredi 22 novembre 2019

Les Etats-Unis poursuivent la restitution d’antiquités volées en Irak

Par Anna Halter · lejournaldesarts.fr

Le 30 juillet 2013 - 377 mots

BAGDAD (IRAK) [30.07.13] – Les Etats-Unis vont à nouveau restituer près de 10 000 pièces antiques à l’Irak. La plupart ont été volées durant la guerre et certaines dérobées au Musée national irakien après la chute de Saddam Hussein en 2003.

D’après l’AFP, un accord vient d’être signé prévoyant le retour de milliers d’objets en Irak d’ici un an. Leur retour sera organisé après que l’Université de Cornell (Etat de New York) a recensé l’ensemble des objets et transmis ces informations à une banque de données.

Le conseiller auprès du ministre de la culture irakien, Bahaa al-Mayahi, a précisé qu’il restait encore certains détails à régler mais que « l’accord pourrait être signé à tout moment après quoi le transfert de milliers d’objets pourra commencer ».

Cette restitution traine pourtant derrière elle des zones d’ombres, notamment sur les conditions dans lesquelles ces objets sont entrés aux Etats Unis. « Nous avons convenu de ne pas aborder la question de savoir comment ces objets sont arrivés aux Etats-Unis » a ajouté Bahha al Mayahi qui semble se satisfaire des restitutions régulièrement engagées ces dernières années par les Etats-Unis.

Si les Etats-Unis ont bel et bien restitué plus de 1 500 pièces à l’Irak depuis quelques années, la question des conditions de leur importation est encore épineuse. Le Musée national de Bagdad a perdu près de 14 000 pièces de ses collections en 2003, dont seulement 4 000 ont été restituées à l’heure actuelle.

En 2004, face à l’urgence de la situation, le conseil exécutif de l’UNESCO créait un comité international de coordination pour la sauvegarde du patrimoine culturel irakien (CIC) . Depuis bientôt dix ans ce comité coordonne les actions de remise en état du patrimoine culturel national. Depuis 2004 cinq sessions plénières du CIC se sont tenues à l’UNESCO, tous portant sur les questions relatives au pillage des biens culturels de l’Irak.

Une liste rouge d’urgence des antiquités irakiennes en péril avait par ailleurs été dressée par l’ICOM, permettant ainsi de saisir les œuvres susceptibles de réapparaitre sur le marché de l’art dans les années à venir.

Malgré les efforts significatifs fournis par les Etats-Unis qui avaient imposé en 2008 des restrictions sur l’importation de pièces provenant d’Irak, il reste encore un nombre difficilement quantifiable d’objets disparus.

Légende photo

Musée National d'Irak - source Wikimedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque