Dimanche 15 décembre 2019

Les architectes du musée de la Tolérance de Jérusalem menacent de démissionner

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 7 octobre 2011 - 337 mots

JERUSALEM (ISRAEL) [07.10.11] - Nouvelle polémique autour de la construction du musée de la Tolérance à Jérusalem. Après Frank O. Gehry en 2010, les frères Chyutin, les nouveaux architectes, ont menacé de démissionner le 3 octobre 2011. Ils reprochent au Centre Wiesenthal, instigateur du projet, des retards de paiement et de mauvaises conditions de travail. Le chantier est prévu pour commencer dans moins d’un mois.

Le 3 octobre 2011, un mois avant le début du chantier du musée de la Tolérance à Jérusalem, les architectes israéliens Bracha et Michael Chyutin, ont menacé de démissionner. Ils reprochent à leur employeur, le Centre Wiesenthal, à qui ils ont cédé leurs droits d’auteur, de ne pas avoir été payés et de travailler dans de mauvaises conditions. Selon un fonctionnaire anonyme cité dans Haaretz : « Le Centre a rendu les architectes fous, en leur demandant des rapports quotidiens et en les harcelant ». Il y a un mois, la société qui supervisait la construction, Vent Tafnit, avait aussi abandonné le projet dans des circonstances floues.

Ce n’est pas le premier incident que connait le musée : en 2008, des militants arabes avaient déposé un recours devant la Cour suprême d’Israël pour dénoncer la localisation du futur bâtiment, qui doit être construit sur le site d’un ancien cimetière musulman. En 2010, une pétition signée par d’éminents architectes avait été adressée à l’ONU et les opposants attendent également que l’UNESCO prenne position sur la question. Enfin, Frank O. Gehry, l’architecte choisi initialement pour le projet, avait démissionné, s’estimant trahi par le Centre Wiesenthal tant du point de vue de la localisation du bâtiment que du point de vue financier.

Le musée de la Tolérance à Jérusalem doit accueillir des espaces d’exposition, un centre d’éducation, un théâtre, un auditorium, des bureaux et un restaurant. Interrogée par le Los Angeles Time, la porte-parole du Centre Wiesenthal, Lior Chorev, a assuré que les architectes seront payés dès qu’ils auront rempli leur contrat et que ce différend financier n’aurait aucun impact sur le déroulement du chantier.

Légende photo

Vue du cimetière musulman Mamilla au XIXe siècle (site retenu pour l'implantation du futur Musée de la Tolérance) - source Wikimedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque