Mercredi 18 septembre 2019

Les amis du LACMA devront payer plus cher leur cotisation

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 5 décembre 2012 - 569 mots

LOS ANGELES (ETATS-UNIS) [05.12.12] – Le montant minimum de la cotisation annuelle à laquelle doivent s’acquitter les membres adhérant à l’un des dix conseils (sociétés d’amis) du LACMA, passera de 400 à 1000 dollars. De nombreux donateurs s’insurgent.

L’annonce du directeur du LACMA Michael Govan – entendant faire passer le montant minimum de la cotisation annuelle des membres adhérant à l’un des dix conseils d’art de son musée, de 400 à 1000 dollars – passe mal.

Déjà envisagé depuis un certain temps, ce changement pour 2013, touche le cœur même des conseils du musée, soit ses adhérents. Aujourd’hui, ces derniers – simples amateurs d’art ou professionnels dans le secteur – doivent payer un minimum de 400 dollars de droits annuels, et sont autorisés à organiser des évènements en parallèle visant à récolter des fonds pour l’un de leurs départements. En contrepartie, ces mêmes donateurs bénéficient de nombreux avantages.

Pour justifier d’un tel changement, Govan a fait valoir une volonté de s’ « aligner sur les autres musées (Los Angeles, New York, Boston) à l’échelle nationale », dont le montant des frais d’adhésion est nettement supérieur.

Une annonce qui n’a pas manqué de contrarier la présidente du conseil Photo et scénariste d’ « American Graffiti » (1973), Gloria Katz Huyck, qualifiant cette révision d’ « irraisonnable », avant d’ajouter qu’elle et son groupe envisageaient sérieusement de se désengager du LACMA et de soutenir un autre musée local. « Apparemment, ils courent après les gros donateurs. Et il n’y aura plus de place pour les petits … Dans notre jargon, cela s’appelle de l’élitisme », s’est-elle insurgée.

« J’ai bien peur que ce ne soit la fin du conseil Mode … Leur manière de faire est navrante », a déploré Cindy Canzoneri, la présidente d’un groupe ayant fortement contribué au financement des acquisitions et expositions de l’institution dans le domaine de la haute couture, plus de 60 ans durant, cumulant à lui-seul plus de 200 000 dollars pour la seule année 2011.

Si Michael Govan n’a pu que reconnaître une baisse significative prévisible du nombre d’adhérents, il a en revanche affirmé ne pas s’inquiéter pour la pérennité des conseils. Ainsi, a-t-il convié ses membres à un rendez-vous mardi dernier, pour leur expliquer les raisons de ce changement, devenu incontournable afin de rendre les groupes « plus simples » et « plus professionnels ».

En tant qu’association sans but lucratif, « les collectes de fonds doivent être exécutées de façon plus constante par le biais de nos bureaux de développement », a-t-il ajouté, précisant au passage qu’une institution d’une telle envergure, ne pouvait autoriser ses membres à collecter des fonds « au dehors de leur structure », avant de dévoiler les nouvelles missions attribuées aux conseils : soit l’organisation d’évènements publics en remplacement des fêtes privées, et l’accent mis davantage sur « l’éducation et le partage d’enthousiasme plutôt que sur les acquisitions ».

La semaine dernière, le musée comptait près de 1200 membres au total, parmi lesquels les deux tiers ont payé des cotisations de 400 dollars, et un tiers contribué à hauteur de 1000 à 3000 dollars pour pouvoir bénéficier d’avantages supplémentaires.

Si Mark P.Goodman, le plus jeune des contributeurs du conseil Art américain, a concédé que cette hausse des cotisations pouvait décourager les plus jeunes à adhérer et à poursuivre dans leur lancée philanthropique, à l’inverse, d’autres bienfaiteurs – bien qu’agacés - ont tenu à faire part de leur compréhension.

Légende photo

Los Angeles County Museum of Art - Photo Carol M. Highsmith - 2009

Michael Govan at LACMA - © Photo Alissa Walker - 2010 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque