Dimanche 16 décembre 2018

Légion d’honneur : la promotion de janvier 2013

Par Romain Bouvet · lejournaldesarts.fr

Le 4 janvier 2013 - 348 mots

PARIS [04.01.13] – Par un décret du 31 décembre 2012, la promotion 2013 de l’Ordre national de la Légion d’honneur compte cette année 681 membres parmi lesquels plusieurs acteurs du monde culturel.

En ce début d’année 2013, 681 personnes ont vu leurs mérites récompensés par une nomination ou une promotion dans l’Ordre national de la Légion d’honneur. Parmi eux, on trouve plusieurs acteurs du monde de la culture tels que Fabienne Pascaud, directrice de la rédaction de Télérama et Alain Cadix, directeur de l’Ecole nationale supérieure de création industrielle, tous deux nommés Chevaliers. Sur proposition du ministère des affaires étrangères, le galeriste autrichien Thaddaeus Ropac a également reçu cette distinction.

Pour cette première promotion de l’année, le peintre Jacques Truphémus – dont l’œuvre a fait l’objet d’une grande exposition à Lyon en 2012 - est le seul artiste qui figure au nombre des médaillés.

L’actuel directeur du Musée National d’Art Moderne Alfred Pacquement, a quant à lui été élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur, à l’instar de Christophe Girard, actuel maire du 4e arrondissement et ancien adjoint au maire de Paris, en charge de la culture. Nicole Belloubet, professeure des universités et ancienne adjointe en charge de la culture à la mairie de Toulouse à également été promue au grade d’officier.

Si beaucoup perçoivent cette distinction comme un honneur, tous ne voient pas d’un bon oeil cette reconnaissance nationale. C’est notamment le cas du dessinateur Tardi, qui a refusé « avec la plus grande fermeté » la nomination au grade de chevalier qui vient de lui être attribuée. L’auteur de « Putain de guerre » a justifié son refus en déclarant vouloir « rester un homme libre et ne pas être pris en otage par quelque pouvoir que ce soit ». Les refus sont certes rares dans l’histoire de l’Ordre de la Légion d’honneur, mais le dessinateur n’est cependant pas le premier à repousser la décoration. Citons pour mémoire quelques illustres réfractaires, tels que Claude Monet, Louis Aragon ou Albert Camus qui en leur temps, refusèrent qu’on épingle sur leurs poitrines le ruban rouge de Napoléon.

Légende photo

Médaille de la Légion d'honneur - © Photo Rama - 2007 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque