Le tout premier sanctuaire bouddhique, situé sur le lieu de naissance de Bouddha, a été mis au jour

Par Julien Rocha · lejournaldesarts.fr

Le 27 novembre 2013 - 452 mots

LUMBINI (NEPAL) [27.11.13] – La découverte de nouveaux vestiges s’apparentant au tout premier sanctuaire bouddhique sur le site de la naissance de Bouddha permet de dater scientifiquement l’origine du bouddhisme, et donc de la vie de Bouddha, au moins au VIe siècle avant notre ère.

Des fouilles menées dans le Jardin sacré de Lumbini au Népal, lieu de naissance du Bouddha classé au patrimoine de l’UNESCO depuis 1997, ont mis au jour les restes d’une structure en bois sous les ruines de petits temples en briques plus récents. Cette structure, bâtie sur le même modèle que les temples, dispose d’un espace central ouvert qui correspondrait à l’emplacement d’un arbre susceptible d’être lié à la naissance du chef spirituel.

La tradition bouddhique raconte en effet que la reine Maya Devi, en voyage vers le royaume de son mari, a donné naissance à son fils Siddhārtha Gautama, qui deviendra plus tard Bouddha (« l’Eveillé »), en se tenant à une branche d’arbre dans le bois de Lumbini. S’il reste à prouver que le nouveau temple découvert est le tout premier érigé à l’emplacement même où Bouddha a vu le jour, les tests au carbone 14 et par luminescence ont permis de dater ses restes du VIe siècle avant notre ère, ce qui en fait le plus ancien jamais retrouvé. Jusqu’à ce jour, la plus ancienne structure relative au bouddhisme à Lumbini était un pilier en pierre daté du IIIe siècle avant notre ère qui marquait la visite de l’empereur Asoka sur le site.

Selon l’équipe internationale de recherches archéologiques, menée par le Britannique Robin Coningham et le Népalais Kosh Prasad Acharya, cette découverte permettra de mieux comprendre l’épanouissement de la religion bouddhiste : « La continuité très directes qu’illustrent [tous] les vestiges de Lumbini reflète le développement du bouddhisme qui a démarré comme un culte local pour se répandre de par le monde ». Surtout, elle permet d’éclairer sous un jour nouveau le débat sur la datation de la vie de Bouddha, qui n’est connue que par la tradition orale et les textes de diverses régions asiatiques qui ne s’entendent pas sur son estimation. Seule sa mort à 80 ans est un fait établit. Les hypothèses récentes d’un décès entre le Ve et le IVe siècle avant notre ère ne tiennent donc plus.

Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, s’est félicitée de cette découverte et a souligné le besoin « de davantage de recherche archéologique, d’une meilleure préservation et d’un renforcement de la gestion du site de Lumbini ». Le ministre népalais de la Culture, Ram Kumar Shrestha, a précisé que « le gouvernement népalais n’épargnera aucun effort pour préserver ce site fondamental », qui accueille plusieurs centaines de milliers de pèlerins chaque année.

Légende photo

Les ruines du site de Lumbini, le lieu de naissance de Bouddha au Népal - - © Photo Yves Picq - 2004 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque