Mercredi 19 février 2020

Le sort du Musée d’art et d’histoire de Genève entre les mains des Genevois

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 8 février 2016 - 447 mots

GENEVE (SUISSE) [08.02.16] – Les citoyens et citoyennes Genevois sont appelés aux urnes dimanche 28 février pour se prononcer sur la restauration et l’agrandissement du Musée d’art et d’histoire. Le projet, signé Jean Nouvel, prévoit notamment d’accueillir une partie de la collection Gandur.

Depuis 1998, date à laquelle le Conseil municipal de Genève s’est prononcé en faveur de l’agrandissement et la rénovation du musée d’art et d’histoire (MAH) de Genève, le projet est retardé par ses détracteurs. L’avenir de l’institution genevoise se jouera donc lors de la votation communale dimanche 28 février 2016.

Alors même que le Conseil municipal de la ville de Genève a autorisé, par délibérations du 20 mai 2015, l’ouverture de crédits (131,4 millions de francs suisses) destinés à la restauration et à l’agrandissement du MAH, les délibérations seront soumises à votation populaire à la fin du mois. Un référendum a en effet été demandé par les opposants (principalement Les Verts, le parti d’extrême droite (UDC) et les associations dites de « défense du patrimoine »), qui évoquent entre autres, le « coût démesuré » du projet pour « une politique culturelle bling-bling », « l’arnaque Nouvel », ou encore la « privatisation Gandur ».

La ville de Genève a signé une convention de partenariat public-privé qui la lie pour 99 ans à la Fondation Gandur pour l’art. En contrepartie des 40 millions octroyés au financement du projet et du dépôt de la collection de la fondation, le musée s’engage à assumer les coûts de conservation. Une aubaine pour Genève quand on connaît la richesse de la collection. A ceux qui dénoncent une atteinte au patrimoine, les défenseurs du projet soulignent qu’un groupe de travail a été constitué avec des représentants de la Commission des monuments, de la nature et des sites (CMNS), qui a émis un avis favorable au projet. L’autorisation de construire a été délivrée le 17 juillet 2013.

Bâti entre 1903 et 1909 par l’architecte Marc Camoletti, l’édifice n’a, depuis, jamais fait l’objet de travaux de rénovation autres que pour l’entretien courant. Le chantier vise à mettre le bâtiment aux normes légales, à garantir la conservation des œuvres, ainsi qu’à améliorer les conditions d’accueil.

Signé Jean Nouvel, le projet d’extension augmenterait de plus de 6 500 m2 les surfaces dédiées à l’exposition des collections et à l’accueil du public. Sur un montant total brut de 131 millions de francs suisses, la collectivité publique prendrait en charge près de 64  millions francs alors que différents partenaires privés (dont la Fondation Gandur pour l’art) apporteraient 67 millions de francs.

En cas de refus de ces crédits par les citoyens genevois, le pouvoir exécutif de la ville devra élaborer un nouveau projet… au risque de faire fuir Jean Claude Gandur et sa collection du MAH.

Légendes photos

Façade nord-ouest du Musée d'art et d'histoire (MAH) de Genève © Photo Sanyam Bahga - 2013 - Licence CC BY-SA 3.0

Affiches de la votation du 28 février 2016 pour le "Oui" et pour le "Non" au projet d'agrandissement du MAH, Genève, 1er février 2016 - Photo N. Eggs

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque