Le salaire de Germano Celant fait polémique

Par Chiara Longo · lejournaldesarts.fr

Le 23 juillet 2014 - 637 mots

MILAN (ITALIE) [23.07.14] – 6 millions d’euros ont été alloués à « Arts & Foods », la manifestation organisée dans le cadre de l’Exposition universelle 2015 à Milan par le critique Germano Celant, dont le salaire est à l’origine de vives polémiques depuis deux mois.

Le 21 juillet 2014 a été présenté à Milan le programme d’« Arts & Foods », l’une des zones thématiques de l’Exposition universelle 2015 qui aura lieu à partir du 10 avril 2015 au Palazzo dell’Arte. Sur une surface de 7 000 m2, l’exposition accueillera 800 œuvres et traitera des rapports entre l’art et la nourriture, de 1851, date de la première exposition universelle, à nos jours.

Le budget total de l’exposition « Arts & Foods » est de 6 millions d’euros, dont la moitié est financée par la société sous contrôle public Cassa Depositi e Prestiti (Caisse de dépôts et prêts). Giuseppe Sala, commissaire de l’Exposition universelle, explique que sur les 6 millions, 5,25 millions vont aux coûts de l’exposition et 750 000 euros à Germano Celant, commissaire de l’exposition.

Cette somme est un record pour un commissaire et même après avoir assuré les frais d’organisation et rémunéré ses collaborateurs pour un travail de 4 ans son salaire devrait correspondre à 20 ou 30 % de ces 750 000 euros (150 000 à 225 000 euros), soit beaucoup plus que le directeur artistique du plus important événement d’art contemporain, la Biennale de Venise : Massimiliano Gioni (2013) et Okwui Enwezor (2015) auront en effet touché 120 000 euros chacun.

De plus, le poste a été proposé à Celant sans appel d’offre. La société par actions « Expo 2015 » a expliqué son choix par la renommée internationale de Germano Celant qui a été le commissaire de la première exposition de l’Arte Povera en 1967, conservateur au Guggenheim de New York et directeur de la Biennale de Venise  en 1997, directeur de la Triennale de Milan et actuellement directeur artistique de la Fondation Prada à Milan ; il a été dernièrement le commissaire du remake de l'exposition, saluée par la critique, « Quand les attitudes deviennent formes » à la Fondation Prada de Venise. Certains, comme Vittorio Sgarbi, mettent tout de même en cause la compétence de Celant pour un tel travail puisque, selon Sgarbi, il ne connaîtrait que l’Arte Povera.

Le critique d’art Demetrio Paparoni, quant à lui, a adressé une lettre ouverte au maire de Milan, Giuseppe Pisapia, au commissaire de l’Exposition universelle, Giuseppe Sala, et au commissaire gouvernemental pour l’exposition, Raffaele Cantone, pour se plaindre du salaire accordé à Germano Celant. « C’est immoral, écrit celui qui considère qu’en Italie, il existe des retraites à 800 euros par mois ; que Pompéi s’écroule ; que le jeune art italien est inexistant à l’étranger, à cause des mandarins du système de l’art italien qui ne promeuvent qu’eux-mêmes ; que le directeur des Offices de Florence gagne 1 890 euros par mois et que les salles du même musée ne sont pas correctement déshumidifiées par absence de fonds. »

L'Exposition universelle 2015 de Milan ne cesse de créer des débats : outre le salaire de Germano Celant, les enquêtes sur le déficit budgétaire, à hauteur de presque 30 millions d’euros, et les accusations à l’encontre de Roberto Maroni, président de la région Lombardie. Le 14 juillet dernier, Roberto Maroni, ex-ministre des gouvernements Berlusconi et ancien secrétaire du parti fédéraliste d’extrême droite Ligue du Nord, a en effet été accusé d’avoir exercé des pressions pour l’intégration de deux de ses collaboratrices au sein d’« Expo 2015 ».

20 millions de visiteurs sont attendus à l’Exposition universelle. « Nourrir la planète, énergie pour la vie » aura lieu du 1er mai au 31 octobre 2015 sur un espace de 1 million de m2 et accueillera 130 participants.

Site de l’Exposition universelle 2015 à Milan

www.expo2015.org

Légende photo

Germano Celant en 1997, directeur de la 47e Biennale de Venise - Photo courtesy Biennale de Venise

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque