Dimanche 9 décembre 2018

Le premier budget de Frédéric Mitterrand favorise nettement le patrimoine historique

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 5 octobre 2009 - 563 mots

PARIS [05.10.2009] - Le ministre de la Culture et de la Communication a pu annoncer un « très bon budget 2010 » en hausse de 5,3 % (dont 3,9% pour la Culture) grâce aux engagements pris précédemment à l’égard du Patrimoine historique et des aides à la Presse.

C’est un Frédéric Mitterrand conquérant qui est venu présenter aux journalistes son budget pour 2010. Pourtant le scénario était écrit huit mois auparavant, lorsque Nicolas Sarkozy avait annoncé que les 100 millions d’euros affectés aux monuments historiques dans le cadre du Plan de Relance de l’Economie seraient pérennisés dans le budget 2010. Et comme on voyait mal le Président mettre à mal son nouveau ministre en déshabillant les autres postes du budget pour tenir sa promesse, ces 100 millions (110 millions précisément) permettent d’afficher une hausse de 3,93 % des crédits de paiement de la Mission Culture qui s’établissent ainsi à 2,92 milliards d’euros.

Les budgets de construction, de restauration ou d’entretien des grands équipements ou des monuments historiques sont donc les principaux bénéficiaires du Projet de Loi de Finances (PLF) 2010 avec une hausse de 10,69 % de leurs crédits de paiement (hors personnel). Le financement des grands chantiers s’accélère au fur et à mesure que l’on s’approche de la fin annoncée des travaux : le quadrilatère Richelieu (7 millions en 2010 pour 3,6 millions en 2099), Versailles (25 millions), le MUCEM à Marseille (11,7 millions pour 6,39 en 2009), le Centre des Archives de Pierrefitte-sur-Seine (53,3 millions pour 34,1 en 2009). Mais l’accent est également mis sur les monuments en Région qui vont disposer d’une enveloppe de 250 millions d’euros en hausse de 33 %.

Mais dans le même temps les budgets des deux autres programmes de la Mission Culture affichent des hausses, on parle de consolidation en langage budgétaire, de 0,36 % (Programme Création) et 0,16 % (Programme Transmission), soit en réalité une baisse si on tient compte d’une inflation prévue à 1,2%. Les Arts Plastiques (2,41 % du budget total de la Culture, hors personnel), bénéficient d’une augmentation de 2,2 millions d’euros de leur budget. Il est vrai qu’à l’inverse du Patrimoine, le budget des Arts Plastiques ne comporte pas de grands et couteux équipements à financer. L’aide aux FRAC nouvelle génération, à la Cité de Céramique (musée de Sèvres) ou au Jeu de Paume ne pèse pas bien lourd. Pourtant la SAS Palais de Tokyo qui regroupe les deux niveaux du Palais de Tokyo, ne bénéficie que d’1,5 millions pour financer les travaux du sous-sol. Olivier Kaeppelin, son probable directeur devra emprunter le solde.

Le ministère de la Culture est aussi le ministère de la Communication. Le budget de l’Audiovisuel public augmente de 2,8 % tandis que celui des aides à la Presse augmente de 51 %, conformément aux engagements pris lors des Etats Généraux de la Presse. Si l’on ajoute le budget du Cinéma, et les dépenses fiscales liées à la culture (des crédits d’impôt), le budget du ministère augmente de 5,3 %. Un « très bon budget » annonçait Frédéric Mitterrand en introduction à sa présentation. On ne note d’ailleurs encore aucune réaction de l’opposition, notamment du Parti Socialiste à ce projet de budget. Encore faut-il que le Parlement et le gel des crédits de paiement en cours d’année, ne viennent pas rogner ces bonnes dispositions.

Légende photo : Frédéric Mitterrand © Alain Zirah / Licence Creative Commons

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque