Samedi 22 février 2020

Le Musée Shakespeare créé en 1789 renaît sur le web

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 30 décembre 2015 - 546 mots

AUSTIN (ETATS-UNIS) [30.12.15] – A l’occasion du 400e anniversaire de la mort de Shakespeare en 2016, des chercheurs de l’Université du Texas ont lancé une reconstitution numérique de la Shakespeare Gallery, un musée consacré au poète et fermé en 1805.

2016 sera une année dédiée à Shakespeare, avec les célébrations en l’honneur du 400e anniversaire de la mort du poète. En prévision de cet événement, des chercheurs de l’Université du Texas ont lancé une reconstitution numérique de la Shakespeare Gallery, un musée entièrement dédié à des représentations issues de ses pièces, très populaires au XVIIIe siècle mais démantelé au début du XIXe siècle.

Selon le New York Times qui relate l’histoire, il s’agit d’un des premiers musées créés pour les classes moyennes, ouvert en 1789 par John Boydell afin de promouvoir l’école anglaise de peinture. Le musée, dont l’entrée coûtait seulement un shilling attira rapidement des foules enthousiastes. Chacune des peintures exposées dans les trois salles composant le musée représentait une scène d’une des pièces de Shakespeare, et le musée possédait même une boutique pour acheter des reproductions en souvenir.

D’après les chercheurs, la Shakespeare Gallery était non seulement importante en raison du nombre de tableaux inspirés par Shakespeare, mais a aussi marqué un moment crucial dans la naissance de la culture du musée moderne. « Aujourd’hui les musées vivent ou meurent en fonction de leur habilité à attirer le public », a expliqué Rosie Dias, historienne de l’art et auteur du récent livre Exhibiting Englishness sur la Shakespeare Gallery. « C’est quelque chose que l’on peut faire remonter à Boydell ».

John Boydell, qui aurait investi la somme astronomique de 150 000 livres dans le projet, avait l’intention de donner le musée à l’Etat. Mais la chute du marché des estampes, conséquence des guerres napoléoniennes, provoqua l’effondrement de l’entreprise sous des dettes substantielles. La Shakespeare Gallery ferma en 1805, sa collection de peintures fut dispersée lors d’une vente aux enchères, et le bâtiment du 52 Pall Mall fut détruit en 1870.

L’Université du Texas à Austin a lancé la première recréation numérique du musée, à un moment précis de son histoire : en 1796, lorsque Jane Austen visita l’exposition. Le professeur Janine Barchas, du département d’anglais de l’Université du Texas, a dirigé le projet « What Jane saw », dont fait partie la reconstitution du musée Shakespeare. Cette initiative comprend déjà une reconstitution numérique de l’exposition de 1813 sur le peintre Joshua Reynolds, qui s’était tenue dans le même espace après la fermeture de la Shakespeare Gallery, et que Jane Austen avait également visité.

Reconstituer le musée tel qu’il était en 1796 fut un défi de taille, plus de la moitié des 86 œuvres ayant disparu. Janine Barchas et son équipe se sont basé sur une aquarelle de la galerie donnant son aspect général, et ont examiné des gravures anciennes des peintures disparues, ainsi que les paiements effectués par John Boydell aux différents artistes pour déterminer les dimensions des toiles coupées a posteriori.

Les visiteurs en ligne peuvent désormais se promener à travers les trois salles de la Shakespeare Gallery, accessibles par un escalier central, et sélectionner sur les murs les peintures de Joshua Reynolds, Henri Füssli, Benjamin West, et d'autres peintres britanniques aujourd’hui exposées dans les plus grands musées du monde, et accompagnées des textes sur les scènes issues des pièces correspondantes.

Légende photo

William Shakespeare © Photo Armbrust - 2012 - Photo sous Licence Domaine public via Wikimedia Commons

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque