Le Musée Lorrain va s’offrir une nouvelle jeunesse

Par Alexandra Houël · lejournaldesarts.fr

Le 26 septembre 2013 - 590 mots

NANCY [26.09.13] – L’agence d’architecture Dubois & Associés, sélectionnée pour la rénovation du Musée Lorrain, a présenté son projet au Conseil municipal de Nancy. Lancé dans une dynamique de restructuration depuis 2000, le musée s’offre une nouvelle jeunesse afin de s’adapter aux enjeux contemporains et aux nouvelles attentes du public. Un pari qui paraît bien onéreux pour certaines personnalités locales.

Le projet de rénovation du Musée Lorrain, initié en 2000, a franchi une étape décisive avec la sélection du lauréat du concours international d’architecture lancé en janvier 2012. Le projet de l’agence parisienne Dubois & Associés a été retenu par le jury parmi 97 autres candidatures, pour sa correspondance avec l’idée d’un « musée pour tous les lorrains » qu’avait imaginée la ville qui souhaite en faire un lieu culturel de référence à toute échelle.

La maquette du projet a été présentée lundi 23 septembre 2013 au Conseil municipal de Nancy par l’agence, qui sera chargée de la construction d’une nouvelle aile, de l’aménagement muséographique, et du traitement extérieur du parcours muséal.

Installé dans le Palais des Ducs de Lorraine, au sein d’un ensemble construit à partir de la fin du XVe siècle, le Musée Lorrain est au cœur de la Ville-Vieille à Nancy. Il est intégré dans l’un des plus grands ensembles palatiaux du XVIe siècle en Europe, composé de quatre bâtiments inscrits au titre des monuments historiques : le Palais des Ducs, l’église et le couvent des cordeliers, et le palais du Gouvernement.

En 2000, la ville de Nancy a décidé de lui offrir une nouvelle jeunesse et de profiter de la réorganisation urbaine qu’elle avait engagée pour restructurer l’ensemble, et le rendre plus attractif et contemporain. De 2005 à 2012, les façades du palais ducal ont été entièrement restaurées, ainsi que la coupole de la chapelle des Cordeliers. Le « chantier des collections » a permis de récoler 155 000 pièces des collections, de la préhistoire jusqu’au XXe siècle, et de sélectionner celles qui figureraient dans les nouvelles salles. Enfin, grâce à des campagnes soutenues par l’Etat et le Conseil régional de Lorraine, six cent œuvres ont pu être restaurées.

« Dans tous nos projets, notre philosophie est d’essayer de renforcer la qualité des lieux plutôt que de donner un effet architectural », a expliqué l’architecte Philippe-Charles Dubois. Le projet architectural consiste ainsi à donner une nouvelle dynamique à l’établissement en le muant en « musée-promenade », tout en conservant les bâtiments historiques. L’espace muséal sera ouvert sur son environnement, avec cinq accès depuis les différents quartiers à la croisée desquels il se trouve, et le parcours muséographique sera restructuré avec des circuits de visite bien définis. La construction d’une aile d’accueil enveloppée de verre sur le modèle du Louvre permettra de répondre aux missions des musées contemporains, et l’intégration des locaux du palais du Gouvernement permettra d’agrandir la surface d’exposition.

L’ensemble du chantier de rénovation se divisera en trois tranches de travaux, sur une durée prévisionnelle de 15 ans. Un total de 100 millions d’euros de budget a été fixé, dont 40 millions pour la tranche ferme, qui elle débutera sous la houlette de Philippe-Charles Dubois en 2015, pour être livrée en 2020.

Si une majorité des lorrains applaudit cette restructuration, son budget total inquiète plus d’un nancéien. Des personnalités politiques ont ainsi fait remarquer que 100 millions d’euros correspondaient à six années pleines d’investissements municipaux, ce qui signifierait que pendant une période de six ans, aucun autre projet ne pourrait être financé. Ce projet serait cependant financé aux deux tiers par l’Etat et la région.

Légende photo

Musée Lorrain - Nancy - © Photo Alexandre Prévot - 2012 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque