Samedi 24 février 2018

Le Musée de l’image d’Epinal devient le premier fonds d’images populaires d’Europe

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 29 juin 2010

EPINAL [29.06.10] – Avec une collection qui s’enrichit de 85 000 images supplémentaires suite à une acquisition auprès d’un collectionneur privé, le Musée de l’image d’Epinal (Vosges) renferme le fonds le plus important d’images populaires d’Europe.

Avec quelques 110 000 images, le Musée de l’image d’Epinal devient le fonds le plus important d’images populaires d’Europe. Sa conservatrice, Martine Sadion, a annoncé à l’AFP, l’acquisition de près de 85 000 images auprès d’un collectionneur privé, qui vient enrichir une collection déjà riche de 25 000 documents.

La collection appartient à un collectionneur d’Epinal, Henri George, qui l’a vendue à la commune pour 360 000 euros. Elle comporte, outre de nombreuses images d’Epinal, des vues d’optiques, des chromos publicitaires, mais aussi plusieurs images religieuses et de littérature de colportage. Un ensemble de lot qui « raconte la société à travers les époques » a précisé la conservatrice.

Cette acquisition vient « conforter » la politique d’acquisition du musée qui vise d’une part, à renforcer les ensembles déjà existants en comblant les lacunes et d’autre part, à créer un lien entre images populaires actuelles – dont celles d’artistes contemporains – et productions plus anciennes.

Le Musée de l’image d’Epinal gère l’une des plus importantes collections d’images populaires françaises – imprimées à Epinal ou dans les centres d’imageries importants en France tels que Orléans, Chartres et Paris – et étrangères du XVIIe siècle à nos jours. L’imagerie populaire (xylographie, gravures sur cuivre, lithographie jusqu’aux techniques les plus modernes d’impression ) a été un des plus grands moyens de diffusion des idées en Europe. Successivement véhicule de la pensée religieuse catholique, elle servira plus tard la propagande politique et la construction de nombreux mythes – napoléonien par exemple. Véritable médium de l’actualité et de l’opinion, l’imagerie populaire deviendra à la fin du XIXe siècle un support d’éducation avant d’entrer dans le giron des collectionneurs.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque