Le mot « Allah » découvert sur une soierie viking

Par Bénédicte Gattère · lejournaldesarts.fr

Le 18 octobre 2017 - 633 mots

ENKÖPING (SUÈDE) [18.10.17] — L’inscription en écriture arabe se prononçant « Allah » ou « Ali » sur un bout de tissu de soie brodé d'argent issu de la tombe d'une Viking découverte au nord d'Uppsala corrobore la thèse d'une influence arabo-persane dans la culture viking.

La découverte du bateau-tombe 36 [le bateau-tombe est une forme de tombeau dans lequel était placé le corps du défunt entouré de ses biens chez les Égyptiens, les Mérovingiens ou les Vikings] dans un champ aux alentours du village de Gamla Uppsala, au nord de Stockholm, date des années 1970, bien avant le relevé de l’inscription « Allah ». Dans cette tombe était enterrée une femme entourée d'une profusion de vêtements en soie. Outre des parties quasiment intactes du squelette de la défunte, la tombe contenait également un collier doté d'une figurine anthropomorphe, deux pièces de monnaie en provenance de Bagdad, les os d'un poulet et le squelette d'un grand chien. Cependant les artefacts présents dans la tombe ont été répertoriés des décennies plus tard seulement, comme l'explique Annika Larsson, archéologue du textile du département d'archéologie et d'histoire ancienne de l'université d'Uppsala interrogée par le New York Times.

C'est en février dernier, à la faveur de la préparation d'une exposition sur les textiles vikings pour le musée d'Enköping, que l'archéologue a découvert des inscriptions en arabe sur les soieries. Sa découverte vient d'être rendue publique. Au début, elle ne parvenait pas à donner un sens aux minuscules motifs géométriques qu'elle examinait, avant de faire le rapprochement avec des motifs vus auparavant et formant une inscription maure brodée sur des rubans en soie d'Espagne. En comparant minutieusement les motifs du vêtement de la tombe de Gamla Uppsala avec ceux d'une bande de soie trouvée autour de la tête d'un squelette viking découvert à Birka, Annika Larsonn a pu authentifier le nom d'Allah en caractères kufi.

Le kufi est la plus ancienne forme de style calligraphique arabe. Elle s'est développée dans la ville irakienne de Koufa, qui lui a donné son nom. Les premiers exemplaires du Coran sont calligraphiés selon le style kufi, anguleux et géométrique. De la première moitié du IXe siècle jusqu'à la fin du Xe siècle, les Vikings ont participé au commerce de la route de la Soie, ce qui explique le lien entre le monde arabo-persan et le monde viking, qui n'était déjà plus à prouver pour les spécialistes. Nombre de pièces de monnaie arabe qui ont été retrouvées sur les sites archéologiques vikings en témoignent.

Pour Annika Larsonn, cette inscription brodée témoigne de réels échanges culturels, au-delà des échanges commerciaux. Les Vikings adhéraient manifestement à une certaine conception du monde partagée par les habitants d'Asie centrale avec lesquels ils commerçaient. Le Coran stipulant que les habitants du Paradis seront vêtus de soie, cela expliquerait par exemple l'omniprésence de soie en provenance d'Asie dans les tombes vikings. Des motifs similaires à ceux de la soierie viking examinée par l'archéologue ont également été trouvés sur des monuments funéraires en mosaïque d'Asie centrale.

L'étude plus précise des matériaux, des techniques de tissage et de la structure du dessin a permis de déterminer qu'il s'agit plutôt d'une combinaison d'influences perses et d'Asie centrale assimilées par les Scandinaves. Selon l'archéologue, cette analyse étaye la théorie selon laquelle les peuplements vikings de la vallée du lac Mälar (la région de Mälardalen) étaient en réalité un avant-poste occidental de la route de la Soie qui s'étendait depuis l'actuelle Russie aux centres de production de la soie à l'est de la mer Caspienne. La prochaine étape de l'étude de la tombe 36 consiste en une analyse ADN du squelette : les résultats devraient être connus en février 2018. À ce moment-là, selon Annika Larsson, « nous serons en mesure de voir que certains [squelettes vikings] ont un héritage génétique d'Asie centrale ».

Légende photo

Ruban étroit de soie et d'argent avec des caractères géométriques Kufi trouvés dans les tombes du bateau © Photo Annika Larsson

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque