Mercredi 17 octobre 2018

Le ministère de la Culture souhaite « mieux inscrire l’art dans l’espace public »

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 16 juin 2016 - 444 mots

PARIS [16.06.16] - La Mission nationale pour l’art et la culture dans l’espace public (MNACEP), voulue par Aurélie Filippetti et présidée par Jean Blaise, a remis le 14 juin son rapport à Audrey Azoulay. A cette occasion, la ministre a pris des mesures, notamment pour renforcer le 1 % artistique et pour encourager la jeune création urbaine.

Plus de deux ans après le lancement de la Mission pour l’art et la culture dans l’espace public (MNACEP), un rapport dressant l’état des lieux des arts visuels et des arts vivants dans les espaces publics a été remis à la ministre de la Culture et de la Communication le 14 juin 2016. A cette occasion, Audrey Azoulay a annoncé des mesures destinées à renforcer ce type d’interventions urbaines.

Elle s’est d’abord engagée à « soutenir la présence de l’art dans l’espace public », en créant un fonds d’intervention, en incitant les structures labellisées à programmer davantage d’activités hors les murs et en renforçant le 1% artistique (c'est-à-dire en contrôlant que le dispositif soit systématiquement mis en œuvre dans les maîtrises d’ouvrage publique). La ministre a par ailleurs encouragé la jeune création urbaine en mettant en place un plan pour le street art et a annoncé un colloque international sur le « street art » les 13 et 14 octobre prochains à La Villette.

Au niveau des arts de la rue (théâtre de rue, scénographie urbaine, groupes musicaux, danses urbaines, etc.), qui constituaient un volet majeur de la MNACEP, Audrey Azoulay a annoncé 800 000 euros de mesures nouvelles en 2016, à travers une revalorisation du soutien de l’Etat accordé aux 6 Centres nationaux des arts de la rue ainsi qu’une aide à 10 compagnies.

En soulignant un « enjeu démocratique essentiel », Audrey Azoulay a rappelé que « l’espace public est au cœur de la réflexion sur la liberté de création et de diffusion ». « Espace partagé et espace contraint, l’espace public suscite la négociation et le dialogue et est en cela un espace politique. C’est un espace d’apprentissage de la citoyenneté. La rencontre avec l’art a toute sa place dans ce lieu de la rencontre et de la mixité sociale » a-t-elle ajouté.

Présidée par Jean Blaise, directeur du Voyage à Nantes, la MNACEP rassemblait quatre collèges représentant l’Etat (le ministère de la Culture et de la Communication, ministère de l’Intérieur, ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Commissariat général à l’égalité des territoires) ; les collectivités territoriales, les organismes professionnels (CIPAC, FRAAP, Fédération Nationale des arts de la rue,…) ainsi qu’une vingtaine de personnalités qualifiées. La MNACEP avait été lancée en avril 2014 lorsqu’Aurélie Filippetti était ministre de la Culture.

Légende photo

Street art, rue de l'Ourcq, Paris © Photo couscouschocolat - 2011 - Licence CC BY-SA 2.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque