Dimanche 18 février 2018

Le mécénat résiste bien à la crise, sauf le mécénat culturel

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 18 mars 2009

PARIS [18.03.09] – Une enquête réalisée en février révèle que le mécénat résiste bien à la crise, jusqu’à présent. En revanche, le mécénat culturel risque d’être le secteur qui pâtira le plus de la mauvaise conjoncture économique.

Une enquête, effectuée par L’ADMICAL, en février 2009, auprès des directeurs généraux de 300 entreprises mécènes qui emploient plus de 100 salariés, révèle que, contre toute attente, l’augmentation et la diminution des budgets alloués au mécénat devraient se compenser en 2009. Le but de cette enquête est de présenter une photographie des évolutions budgétaires du mécénat pour 2009, dans un contexte de crise économique et financière. Dans le détail, le sondage analyse l’ampleur des évolutions, des transferts et recentrages effectués en termes de domaines et d’actions de mécénat.

Globalement, les budgets consacrés au mécénat seront stables pour 73% des entreprises en 2009. Parmi les entreprises qui comptent modifier leur budget, 14% vont le diminuer et 11% l’augmenter. 92% des entreprises qui prévoient de diminuer leur budget l’expliquent par le contexte actuel, et 8% par un changement de stratégie.

Ce qui ressort de l’étude est que la crise ne fragilise pas l’engagement des entreprises mécènes, même si le mécénat n’apparaît que marginalement prioritaire. Celles-ci soulignent la nature fédératrice du mécénat, qui consolide dans le temps la responsabilité sociale des entreprises.

Pourtant, on remarque quelques changements concernant les domaines d’intervention. Alors que les budgets alloués à la solidarité et à l’environnement devraient augmenter, 64% des entreprises interrogées estiment que le budget alloué au secteur culturel, devrait diminuer. L’enquête révèle également une montée en puissance du mécénat de compétences, c’est-à-dire de la mise à disposition de personnel par une entreprise mécène, sous la forme d’une prestation de services ou d’un prêt de main d’œuvre, alors que le mécénat financier, lui, se tasse un peu.

Ce sont dans les entreprises de plus de 200 salariés que le mécénat apparaît le mieux ancré, tandis qu’il est majoritairement perçu comme un luxe par les entreprises de 100 à 199 salariés.

Site Internet : www.admical.org

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque