Vendredi 24 janvier 2020

Le marchand d'art Timothy Sammons en détention provisoire pour escroquerie

Par Bénédicte Gattère · lejournaldesarts.fr

Le 26 octobre 2017 - 425 mots

NEW YORK (ÉTATS-UNIS) [26.10.17] — L'ancien expert de Sotheby's qui dirigeait, il fût un temps, le département d'art chinois est accusé de ne pas avoir reversé à ses clients le produit de la vente de tableaux dont il avait la charge.

Le marchand d'art britannique Timothy Sammons est accusé d'avoir escroqué cinq de ses clients de plusieurs millions de dollars entre 2010 et 2015. Il aurait utilisé comme garantie de prêts personnels et encaissé pour son compte le produit de la vente d’œuvres importantes telles que que Buste de Femme de Picasso, Rêverie de Chagall ou encore Calanque de Canoubiers de Paul Signac qu’il avait mission de vendre. A ce stade de l’enquête, il est inculpé pour vol qualifié et complot d'escroquerie aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande au préjudice de cinq clients, dont un hôtelier caribéen et un homme d'affaires new-yorkais. Le procureur de Manhattan Cyrus Vance a indiqué que « [ses] victimes ont non seulement perdu des millions de dollars mais également un nombre important de pièces de valeur qui étaient dans leurs familles depuis des générations. »

Lorsque Sammons ne fût plus en mesure de rembourser ses dettes, menant « un train de vie dispendieux » selon le procureur, il revendait les œuvres à un moindre coût afin de rembourser rapidement ses propres dettes. Le marchand d'art pourtant réputé, qui avait pignon sur rue à Londres et à New York, est aujourd’hui en faillite.

L'avocat de Timothy Sammons, Glenn F. Hardy, a demandé une libération sous caution pour son client, arguant qu'il serait trop compliqué de rassembler les documents nécessaires à sa défense alors que son client est en prison. Il a souligné la bonne volonté de M. Sammons qui s'est soumis à toutes les restrictions imposées alors qu'il était encore au Royaume-Uni et de même lors de son voyage aux États-Unis. Il a ajouté que son client ne s'enfuirait pas, son passeport lui ayant été confisqué. Il a rappelé qu'il s'est rendu de plein gré à la police fédérale américaine.

Néanmoins ses arguments n'ont pas suffi et la demande de libération sous caution a été rejetée par la juge. Glenn Hardy a confié à artnet News que son client ne comptait pas plaider coupable. Selon lui, une analyse scrupuleuse du dossier l'innocenterait. Après une première comparution du 20 octobre, Sammons est retourné en détention provisoire dans la prison new-yorkaise de Riker's Island. La prochaine audience se déroulera le 6 novembre prochain. Au vu des chefs d'accusation retenus contre lui, il encourt une peine de quinze ans de prison a minima.

Légende photo

Rikers Island et sa prison, New York - Photo U.S. Geological Survey - Licence Domaine Public

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque