Mardi 17 septembre 2019

Le marchand d’art Helly Nahmad écope d’1 an de prison

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 5 mai 2014 - 384 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [05.05.14] – Le verdict est tombé pour Helly Nahmad, qui a été condamné le 30 avril 2014 à 1 an d’emprisonnement pour son implication dans une affaire de paris sportifs clandestins.

Le marchand d’art new-yorkais Hillel Nahmad, plus connu sous le nom d’Helly Nahmad, a été condamné le 30 avril 2014 par la cour fédérale de Manhattan à une peine de 366 jours de prison, assortie d’une amende de 30 000 dollars (21 700 euros). Une fois sorti de prison, le galeriste passera 3 ans en liberté surveillée et devra effectuer 300 heures de travaux d’intérêts généraux. Il sera également dans l’obligation de suivre un programme thérapeutique pour son addiction aux jeux.

Au printemps 2013, Helly Nahmad et 33 autres personnes avaient été inculpés pour complot, escroquerie, paris sportifs clandestins et blanchiment d’argent en lien avec la mafia russe. En novembre de la même année, le marchand d’art avait passé un accord avec la justice américaine. Il avait accepté de plaider coupable dans l’affaire des paris clandestins en échange de l’abandon de toutes les autres charges, réduisant ainsi la peine encourue de 92 ans à 12 ou 18 mois de prison.

Egalement accusé de la vente frauduleuse d’une œuvre de Raoul Dufy, puisqu’il aurait cédé le tableau pour 6 fois son prix réel, Helly Nahmad avait consenti à la confiscation de la peinture et au règlement d’une amende de plus de 6,4 millions de dollars (environ 4,6 millions d’euros).

L’avocat d’Helly Nahmad, Benjamin Brafman (qui fût l’avocat de Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire du Sofitel), a tenté en vain d’éviter la prison à son client, qui proposait de payer sa dette envers la société en investissant 100 000 dollars (environ 72 300 euros) dans la création d’un programme d’éducation artistique à destination des enfants défavorisés.

D’après le journal Artlyst, Me Brafman aurait déclaré qu’Helly Nahmad avait perdu le bail de sa prestigieuse galerie située dans l’Hôtel Carlyle, sur Madison Avenue (New York). L’avocat du marchand d’art aurait ajouté que les ventes de la galerie avaient baissé de plus de 75% depuis la mise en examen de son client. « J’ai honte », a confessé Helly Nahmad juste avant que la sentence ne tombe, « je ne parie plus et je m’investis plus que jamais dans mon entreprise dans l’espoir de blanchir un jour mon nom ».

Légende pgoto

Helly Nahmad Gallery - © Photo veritatem - 2010 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque