Le Manoir du Catel en Haute-Normandie remporte le Grand Trophée 2013 de la plus belle restauration d’un monument historique

Par Amélie Du Fretay · lejournaldesarts.fr

Le 23 octobre 2013 - 423 mots

PARIS [23.10.13] – Pour la deuxième année consécutive, Propriétés de France, la Fondation pour les Monuments Historiques et le Figaro Magazine ont décerné le Grand Trophée 2013 de la plus belle restauration d’un monument historique. C’est Frédéric Toussaint, propriétaire du Manoir de Catel, qui a été distingué.

Frédéric Toussaint, propriétaire du Manoir du Catel en Haute Normandie, s’est vu remettre le 17 octobre 2013 à la Maison de l’Amérique latine à Paris, le Grand Trophée de la plus belle restauration d’un monument historique, assorti d’une dotation de 30 000 euros.

Ce prix, organisé par Propriétés de France, la Fondation pour les Monuments Historiques et le Figaro Magazine, souhaite, pour la deuxième année consécutive, récompenser les initiatives en matière de conservation du patrimoine, en distinguant la plus belle restauration d’un édifice classé ou inscrit au titre des Monuments Historiques.

Le jury, composé de personnalités du monde de l’art et de la culture - comme Jacques Garcia ou Yves Lecocq - a présélectionné 12 candidatures parmi une trentaine de dossiers, pour finalement isoler 4 finalistes : le manoir du Catel, l’abbaye de Fontfroide, la villa Leïhorra au Pays basque, et le logis de Moullins.

C’est en 2000 que Frédéric Toussaint a acquis ce manoir, plus vieux manoir seigneurial de Normandie et ancien lieu emblématique de l’autorité des abbés de Fécamp. Imposante maison forte flanquée de quatre tours, édifiée entre 1267 et 1270 par Richard de Treigots, XIeme abbé de Fécamp, c’est le dernier manoir du XIIIe siècle encore dans son environnement. Lieu de haute justice des abbés de Fécamp pendant plusieurs siècles, le manoir de Catel abrite l’une des plus belles collections de graffitis du nord de la France. Alors qu’il est vendu comme bien national en 1791, il est sauvé in extremis de la destruction par sa transformation en ferme. Les vicissitudes du temps ainsi qu’un incendie, qui avait détruit le logis des abbés, l’une de ses annexes, rendaient la restauration impérieuse.

Il a fallu 8 années pour redonner un second souffle à cet édifice. Pour consolider le gros œuvre, les charpentes ont dû être reprises et couvertes en ardoise, les façades restaurées et la tour Sud-Ouest sauvée. Les constructions annexes du XIXe siècle et du XXe siècle, qui nuisaient à l’harmonie de l’ensemble, ont été détruites. Frédéric Toussaint, propriétaire passionné, a créé l’Association de Sauvegarde et d’Animation du manoir du Catel, et décidé d’ouvrir la propriété au public à la fin des travaux.

Le Grand Trophée 2012 avait récompensé les propriétaires du château renaissance de Dampierre sur Boutonne (Charente-Maritime), Monsieur et Madame Hedelin.

Légende photo

Manoir du Catel - © Photos Louis-Fabrice Jean - 2010 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque