Le livre d’art change d’ère

Par Christine Coste · L'ŒIL

Le 20 août 2008 - 605 mots

Beaux livres, essais, portfolios, catalogues d’exposition... Jamais l’offre des livres d’art n’a été aussi nombreuse et diversifiée. Mais la richesse du catalogue ne doit pas cacher le « malaise » des éditeurs contraints à se réinventer pour s’adapter au marché.

Septembre annonce la rentrée littéraire. Pour le livre d’art, il marque le début des offensives en vue des ventes de novembre et de décembre qui concentrent à elles seules en moyenne 40 % du chiffre d’affaires annuel des maisons d’édition, voire 60 % pour certaines. Les nouveautés, plus nombreuses au deuxième semestre, balaieront sur les présentoirs et les rayons des librairies les titres parus au premier semestre. Rares sont ceux qui auront été maintenus pour ces derniers mois de l’année – aujourd’hui, la vie d’un livre d’art en librairie ne dépasse plus trois mois, sauf exception.
La concurrence entre eux est donc rude, et l’est d’autant plus que la profusion de titres se maintient (4 639 nouveautés et nouvelles éditions en 2007 contre 4 612 en 2006), que la confusion des genres (livres d’art/beaux livres, livres sérieux/livres d’agrément) ne cesse d’être entretenue et que le marché, dans la durée, reste stable.
L’an dernier, le nombre de volumes en milliers d’unités vendues a été de 3,6 (contre 3,9 en 2006 et 3,6 en 2005), générant un chiffre d’affaires net de 101,8 millions d’euros (105 en 2006, et 100,5 en 2005), rapporte l’institut d’études marketing GfK, dans son bilan 2007. « Les secteurs de la peinture et de la photographie continuent de dominer largement le marché (47 %), précise-t-il, même s’ils tendent à diminuer au profit d’autres secteurs comme les écrits sur l’histoire de l’art (16 %) ou encore l’architecture (14 %) », en progression continue.

Regroupement d’éditeurs, prix réduits... Le marché du livre d’art a profondément changé
L’offre des éditeurs évolue en effet, mais non sans difficulté d’être (en dix ans, les coûts d’illustration ont doublé) et d’exister, faute de grands médias qui ne la relaient plus qu’en cahiers spéciaux « Beaux Livres » en fin d’année ou qu’à la faveur d’événements ou de commémorations. Pourtant, l’offre n’a jamais été aussi large, mutante et complexe, et la demande si dispersée, si multiple et si variée.
En trente ans, la petite famille des éditeurs de livres d’art s’est élargie et continue à s’agrandir alimentant en propositions et tentations composites et foisonnantes un marché qui lui-même s’est profondément modifié suite à la constitution de grands groupes d’édition, à l’arrivée aussi en 1994 des « beaux livres à petits prix » de Taschen et à la prégnance de plus en plus importante du catalogue d’exposition dans le paysage éditorial.
Le livre d’art n’a pas échappé à la concentration et à la financiarisation des systèmes, ni à la démocratisation de la culture – des musées en particulier –, ni à la société de l’événementiel et de l’immédiateté où il s’agit de créer des tensions permanentes.
« La sortie d’un livre d’art n’est plus un événement en soi. Il doit être obligatoirement associé à une exposition, commémoration, animation », souligne Mijo Thomas, présidente du groupe Art du Syndicat national de l’édition. Les opportunités de promotion gratuite se sont rétrécies. Les contraintes commerciales sont devenues prédominantes, et les tentations récurrentes de revenir sur la loi Lang garantissant au livre un prix unique menacent l’avenir de la librairie indépendante.
Difficile est le présent. Certes. En lutte surtout. Car l’utopie, les désirs et l’inédit nourrissent toujours autant un métier et une production que le libraire, clef de voûte de l’édifice, relaie, révèle, entretient et développe autant qu’il le peut. Avec, en bout de chaîne, un lecteur curieux et en appétence, quoi qu’on en dise.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°605 du 1 septembre 2008, avec le titre suivant : Le livre d’art change d’ère

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque