Le gouvernement américain rend des antiquités à l’Irak

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 17 mars 2015 - 326 mots

WASHINGTON (ETATS-UNIS) [17.03.15] - Une enquête internationale de longue haleine a permis de remonter la piste d’un trafic illégal d’antiquités volées en Irak. Environ 65 objets vont être rendus au gouvernement irakien par les Etats-Unis.

Le transfert aura lieu au consulat irakien de Washington. Une soixantaine d’artefacts vont être rendus par le gouvernement américain à leur pays d’origine. Parmi eux, on trouve aussi bien des tablettes en argile, diverses armes datant de l’Age du Bronze ou remontant à la période sumérienne, ainsi que plusieurs objets plaqués or volés dans l’un des palais de Saddam Hussein en 2003. La pièce la plus précieuse est sans aucun doute la tête d’une statue assyrienne représentant le roi Sargon II, volée en 2007 ou 2008, et retrouvée en 2008 dans le port de New York. Elle a été arrachée à un lamassu, taureau ailé à tête humaine, et provient sans doute d’un des sites archéologiques ravagés récemment par l’Etat Islamique (EI).

Les artefacts ont été saisis au cours d’une enquête conduite par l’Homeland Security Investigations (HSI) pendant plusieurs années. Un de ses agents a fait mention « d’une vaste organisation criminelle transnationale effectuant du trafic de biens culturels illicites». Beaucoup de ces objets transitaient par un marchand d’antiquités basé à Dubaï, qui essayait de les vendre avec de faux papiers à des musées, galeries et maisons de vente aux enchères à New York. Plusieurs arrestations ont eu lieu et des poursuites fédérales sont engagées dans deux des enquêtes, connues sous les noms de « Operation Lost Treasure » et « Operation Mummy’s Curse ».

Cette restitution intervient dans un contexte difficile pour le patrimoine irakien. Les autorités irakiennes estiment à 4 000 le nombre de sites historiques aux mains des jihadistes. Le 5 mars dernier, l’EI a commencé à détruire le site archéologique de Nimroud, dont plusieurs lamassus assyriens semblables au fragment rendu par les Etats-Unis. Le pillage et le trafic illicite de ces antiquités alimentent les caisses du terrorisme.

Légende photo

Le roi Sargon II (722-705) et un dignitaire, bas-relief du palais de Dur-Sharrukin à Khorsabad conservé au musée du Louvre - © Photo Jastrow  

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque