Le futur incertain du cabaret Voltaire, berceau du Dadaïsme

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 16 février 2016 - 372 mots

ZURICH (SUISSE) [16.02.16] – Le cabaret Voltaire, lieu de naissance du mouvement dadaïste est inquiet pour son avenir. Réinvesti depuis 2002 par des artistes, la structure peine à trouver son autonomie financière et souhaiterait que le propriétaire vende les murs à un mécène pour 13 millions de francs suisses.

Fondé en 2016 à Zurich par un groupe d’artistes conduit par Hugo Ball et Emmy Hennings, suivi par Hans Arp, Sophie Taeuber-Arp, Tristan Tzara, le dadaïsme fête cette année son centenaire. A la veille des commémorations, le Cabaret Voltaire, lieu de naissance du mouvement, recherche 13 millions de francs suisses pour assurer sa pérennité, relate le site Swissinfo.

En 2002, le lieu avait déjà été sauvé une première fois. Un projet du locataire de Swiss Life (propriétaire des lieux) de créer des lofts luxueux dans l'immeuble avait suscité l’indignation et le numéro 1 de la Spiegelgasse de Zurich avait été occupé par un groupe d’artistes mené par Mark Divo pour protester. Le cabaret a ensuite rouvert le 30 septembre 2004, avec l’aide de subventions municipales.

Aujourd’hui, le Cabaret Voltaire peine à acquérir une indépendance financière. Au loyer annuel de 315 000 francs, s’ajoutent les frais de fonctionnement qui s’élèvent à 500 000 francs. Les ressources du lieu proviennent des recettes de son magasin, de son bar et d’un espace loué pour des performances artistiques et autres évènements. Elles sont complétées par les subventions accordées par la ville de Zurich. Mais ces subventions tiennent à un fil : en septembre 2008, la droite conservatrice extrémiste (UDC) avait lancé un référendum pour s'opposer à une subvention annuelle de 315 000 francs. En outre, le sponsoring de 300 000 francs accordé par Swatch n’existe plus.

Pour le directeur du Cabaret Voltaire, Adrian Notz, « ce serait bien de transformer le Cabaret Voltaire en une résidence pour des artistes à même de gérer le lieu et de lui donner une dimension plus internationale ». Cependant, ce projet ne sera possible que si Swiss Life accepte de vendre l’édifice qui abrite le Cabaret Voltaire. Or, la compagnie d’assurance a déjà indiqué : « Nous pouvons comprendre que le bâtiment suscite des idées créatives pendant l’année de son centenaire. Néanmoins, nous ne nous impliquerons pas dans des spéculations de ce type ».

Légendes photos

L'entrée du Cabaret Voltaire, Zurich © Photo Rafael Jiménez - 2011 - Licence CC BY-SA 2.0

Une lecture au Cabaret Voltaire, Zurich © Photo CWells - 2008 - Licence CC0 1.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque