Le Festival d’art de Toulouse devient biennal

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 23 septembre 2014 - 384 mots

TOULOUSE [23.09.14] – Le Festival international d’art de Toulouse annule la prochaine édition de l’évènement qui était prévue en mai 2015 et passe sur un rythme biennal.

Le Conseil d’administration du Festival a décidé mercredi 17 septembre de renoncer à sa troisième édition du Festival international d’art de Toulouse. Freiné par un budget serré et le contexte difficile des collectivités territoriales et poussé par l’envie de se développer, le conseil d’administration n’a pas trouvé d’autres solutions que de sacrifier la prochaine édition et de revoir la formule de la manifestation – qui n’en est pas à son premier remaniement structurel.

Née sous le nom de Printemps de Cahors en 1991, la manifestation avait changé de nom et de lieu en 2001 en devenant Le Printemps de septembre, à Toulouse. En 2013, il connait un nouveau tournant avec un changement de direction, de concept, d’intitulé et de date (de septembre à mai) afin de se repositionner dans un contexte plus international. Jean-Marc Bustamante avait ainsi pris la direction artistique du Festival international d’art de Toulouse pour une durée de trois ans. Il n’ira pas jusqu’au bout de son mandat, prévu en 2015.

Le festival comptait sur un budget annuel de 1,5 million d’euros, auquel la Ville de Toulouse participait à hauteur de 1 million d’euros. A défaut de pouvoir renforcer le financement, la ville aurait proposé de passer à un format biennal. Marie-Thérèse Perrin, Présidente fondatrice du festival aurait accepté cette proposition afin que les projets artistiques de l’édition annulée ne soient pas pénalisés. L’aide atteindra ainsi un montant de 1,8 million d’euros tous les deux ans.

Afin d’optimiser le financement de la manifestation, le festival se mue donc en biennale. Frédérique Mehdi, déléguée générale de la manifestation prévient : « une biennale certes mais pas comparable à celle de Lyon, qui bénéficie d’un budget de 9 millions d’euros. Il s’agit de repenser un projet sous un angle stratégique et dans un objectif de pérennité ». L’essence même du festival – placer l’artiste en tout premier plan – est conservée, « tout en poursuivant le désir d’être plus actif en terme de production et de favoriser la création émergente ». Un comité de réflexion a été mis en place afin de concrétiser ces projets et les axes fondamentaux de la programmation seront dévoilés en novembre.

Légende photo

Les Abattoirs, FRAC Midi-Pyrénées, Toulouse - © Photo Mossot - 2009 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque