Le festival d’Angoulême lance le « Prix Charlie de la liberté d’expression »

Par Cléo Garcia · lejournaldesarts.fr

Le 16 janvier 2015 - 512 mots

ANGOULÊME (POITOU-CHARENTES) [16.01.15] – Après l’attentat contre Charlie Hebdo, le Festival d’Angoulême va associer le nom du journal satirique à une nouvelle récompense pérenne, le Prix Charlie de la liberté d’expression, qui doit être remis dès l’édition 2015 du festival.

Attribuer le 42e Grand Prix à Charlie Hebdo ? Pour l’équipe du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, cela n’est pas suffisant pour exprimer dans la durée et dans sa juste mesure le regret du monde de la bande dessinée et du festival depuis la disparition brutale des dessinateurs Cabu, Wolinski, Charb, Honoré et Tignous dans l’attentat terroriste perpétré le 7 janvier 2015 dans les locaux du journal. Franck Bondoux, le délégué général du Festival a annoncé, vendredi 9 janvier, le projet d’un « Prix Charlie de la liberté d’expression », élaboré en concertation avec Charlie Hebdo. Il sera remis dès la prochaine édition du festival qui se tiendra du 29 janvier au 1er février 2015.

La création de ce prix correspond à une volonté « d'inscrire la disparition des auteurs de Charlie Hebdo […] dans une action qui puisse avoir une résonance dans l'avenir ». Il s’agit d’un projet pérenne tourné vers l’international visant à récompenser un dessinateur « ne pouvant exercer son métier en toute liberté » et « dont l’œuvre incarne une forme de résistance de pensée face aux idées reçues et/ou à la censure et/ou à l’oppression ». Le terme de « dessinateur » transcendera le strict milieu de la bande dessinée pour s’ouvrir notamment au dessin de presse. Les modalités exactes de désignation et le type de récompense ne sont pour l’heure pas encore définis.

Le Festival d’Angoulême, familier de plusieurs membres de Charlie Hebdo comme Georges Wolinski auquel fut décerné le Grand Prix du Festival en 2005, souhaite rendre hommage sous de multiples formes à l’hebdomadaire satirique : « Nos équipes mettent tout en œuvre […] pour que l'édition prochaine du Festival soit […] un temps de mémoire, de réflexion partagée, de résistance et de solidarité », peut-on lire sur le site Internet de la manifestation. Des dessins réalisés par des auteurs de Charlie Hebdo seront exposés à Angoulême et des tables-rondes autour de la liberté d’expression seront organisées. La page Facebook du festival invite les artistes du monde entier à rendre un hommage sous forme graphique aux victimes, les dessins envoyés par des professionnels et des amateurs sont publiés dans un album contributif réunissant déjà plus d’un millier de dessins.

Créé en 1974 sous le nom de Salon international de la bande dessinée, le Festival d’Angoulême remet chaque année plusieurs prix dont le Grand Prix du Festival, récompensant un dessinateur pour l’ensemble de son œuvre ; le Fauve d'or, prix du meilleur album de l’année précédente publié en français ; le Prix de la série qui récompense la meilleure série en bande dessinée dont le dernier album est paru l’année précédente ; le Prix Révélation récompensant un jeune auteur ou une première publication chez un éditeur important et le Prix du patrimoine, récompensant une réédition. La manifestation accueille environ 200 000 visiteurs chaque année.

Légende photo

La mascotte du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, redessinée par Lewis Trondheim. | FIBD/LEWIS TRONDHEIM / Site du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulème www.bdangouleme.com 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque