Le duo d’artistes Pierre et Gilles est désormais représenté par la Galerie Daniel Templon

Par Julien Rocha · lejournaldesarts.fr

Le 18 octobre 2013 - 439 mots

PARIS [18.10.13] – Après David LaChapelle, la Galerie Daniel Templon s’intéresse au collectif français Pierre et Gilles : les deux artistes seront désormais représentés par la galerie parisienne, qui prépare déjà leur prochaine exposition.

Le couple d’artistes français Pierre et Gilles, formé par le photographe Pierre Commoy et le peintre Gilles Blanchard, n’auront pas attendu bien longtemps pour retrouver de nouveaux représentants après la fermeture de la Galerie Jérôme de Noirmont en mars 2013. La Galerie Daniel Templon à Paris a annoncé qu’elle accueille désormais le célèbre duo, actuellement à l’honneur à l’exposition « Masculin/Masculin » du Musée d’Orsay.

Contactée par le Journal des Arts, Anne-Claudie Coric, directrice de la Galerie Templon, a évoqué la décision de représenter Pierre et Gilles comme un souhait commun avec Daniel Templon à peine l’annonce de la fermeture de la Galerie Jérôme de Noirmont publiée : « Ils étaient les premiers artistes auxquels nous avons pensé quand la galerie a fermé. (…) Cela faisait trois ans que nous n’avions pas vu leur travaux, et leurs dernières œuvres nous ont beaucoup intéressées. » 

Depuis juillet 2013, la Galerie Templon représente pour la première fois en France le photographe américain David LaChapelle. S’il existe des similitudes entre son travail et celui de Pierre et Gilles, caractérisés par une mise en scène élaborée et très colorée des corps souvent érotisés, Anne-Claudie Coric se défend de toute démarche commerciale à l’égard du soutien de la galerie Templon aux artistes français. « Daniel Templon s’est toujours intéressé à la photographie des limites : il a travaillé de leur vivant avec Helmut Newton, chose que l’on oublie souvent, et avec Robert Mappelthorpe, un photographe connoté sulfureux, gay ». Le thème du corps érotisé, bien présent dans la galerie avec les œuvres de Nobuyoshi Araki, Kehinde Wiley, Norbert Bisky, Philip Pearlstein ou encore Will Cotton, ne serait qu’un hasard, pas une obsession : « le véritable intérêt de Daniel est porté sur la mise en scène (…) Il croit [aussi] beaucoup en la recherche de grands artistes à l’univers unique. »

Pas question alors d’une quelconque mise en concurrence entre David LaChapelle et Pierre et Gilles : « Le travail de LaChapelle est très différent à présent, il s’éloigne du portrait pour questionner [notamment] le rêve américain » évoque Anne-Claudie Coric en référence à ces dernières œuvres exposées à la FIAC 2013. « Pierre et Gilles, et cela est bien visible à l’exposition Masculin/Masculin du Musée d’Orsay, s’intéressent davantage à la grande histoire de l’art, la représentation au XIXe siècle, la religion. »

La Galerie Daniel Templon a annoncé la préparation d’une exposition de Pierre et Gilles en avril 2014.

Légende photo

Pierre & Gilles - Le désespéré (Olivier Theyskens) (2013) - Photographie sur toile peinte à la main - unique - diamètre 115 cm - © Courtesy Galerie Daniel Templon, Paris

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque