Dimanche 29 novembre 2020

Paris-4e

Le dissonant Harmony Korine à Beaubourg

Centre Pompidou Du 6 octobre au 5 novembre 2017

Par Vincent Delaury · L'ŒIL

Le 2 octobre 2017 - 329 mots

Génial touche-à-tout, le cinéaste Harmony Korine, qui est aussi peintre, photographe et écrivain, se voit consacrer au Centre Pompidou une manifestation double : rétrospective de ses films et exposition de son œuvre de plasticien qui est vraiment à la hauteur de sa démarche pluridisciplinaire éminemment poétique.

Propulsé sur le devant de la scène à l’âge de 18 ans en signant le scénario de Kids, long métrage réalisé en 1995 par Larry Clark, cet enfant terrible du cinéma américain, connu pour ses frasques et ses provocations, a réalisé depuis 1997 une série de films-ovnis marquants, de Gummo à Spring Breakers via Julien Donkey-Boy, Mister Lonely et autres Trash Humpers, qui témoignent à merveille de l’Amérique des laissés-pour-compte et d’une adolescence contemporaine totalement désenchantée, sur fond de sexe, drogues, skate et rock’n’roll. « Ce que j’essaie de faire, c’est de faire ressentir quelque chose. Je n’essaie pas de dire quelque chose en particulier, peut-être que le film, lui, dit quelque chose et c’est très bien. À partir des personnages et de ce qu’ils racontent, ce que j’essaie d’obtenir est davantage une expérience physique. » En attendant la sortie en 2018 de son prochain film, The Beach Bum avec la star Matthew McConaughey, le Centre Pompidou a la très bonne idée de proposer, en marge de son cinéma hors cadre multipliant les effets sidérants (couleurs pop, loopings, collages…), une exposition déployant sur près de 1 000 m2 l’œuvre plastique estampillée Korine. Représenté par le mastodonte Larry Gagosian (certaines de ses toiles s’envolent à 100 000 euros), ce cinéaste issu de la culture underground dévoile au Forum -1 un ensemble inédit de productions pétaradantes (écrits, photos, peintures, dessins, etc.) donnant la part belle au marginal, au vernaculaire et au spectral. Enfin, sachant que cet artiste, singulier fabuliste et farceur patenté, a annoncé qu’il sera présent à de nombreuses séances, en compagnie notamment d’invités de marque (Agnès b., Leos Carax…), nul doute que cette manifestation harmonique à Beaubourg est un événement à ne pas louper !

« Harmony Korine, rétrospective de films et exposition »,
Centre Pompidou, place Georges-Pompidou, Paris-4e, www.centrepompidou.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°705 du 1 octobre 2017, avec le titre suivant : Le dissonant Harmony Korine à Beaubourg

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque