Le directeur des Musées royaux de Belgique porte plainte contre sa ministre

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 22 décembre 2016 - 496 mots

BRUXELLES (BELGIQUE) [22.12.16] - Les relations s’enveniment entre Michel Draguet, directeur général des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique et la secrétaire d’Etat Elke Sleurs. Le premier poursuit la seconde au pénal pour « harcèlement et coalition de fonctionnaires ».

Le directeur général des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB), Michel Draguet a déposé une plainte au pénal contre la secrétaire d'Etat à la Politique scientifique Elke Sleurs (N-VA, un parti de droite libéral dont la presse souligne parfois les rapports inavoués avec l’extrême droite et qui prône l’indépendance de la Flandre) pour harcèlement et coalition de fonctionnaires, rapporte le quotidien belge L’Echo. Le président du comité de direction de la politique scientifique, René Delcourt, est également visé par la plainte.

Depuis la nomination d’Elke Sleurs en septembre 2014, la secrétaire d’Etat aurait continuellement empêché Michel Draguet de « remplir sereinement sa mission ». Selon la plainte, « la secrétaire d'Etat a, sans cesse avec le concours de M. Delcourt, cherché à mettre M. Draguet en difficulté », des critiques et des attaques qui auraient joué un rôle dans le suicide de l’épouse de Michel Draguet.

Dès le 9 décembre 2014, Elke Sleurs avait annoncé ses intentions en adressant une note à la Chambre des représentants préconisant, contre toute attente, la fermeture du Musée Fin-de-Siècle, inauguré en décembre 2013 à l’initiative de Michel Draguet, sans même l’avoir visité et en suggérant le retour du Musée d’art moderne au sein des Musées royaux des Beaux-Arts : « Une remise en cause de la politique de redéploiement des collections entamée par Michel Draguet » soulignait alors Le Journal des Arts.

En 2015, l’acharnement –toujours selon la plainte- contre Michel Draguet s’est poursuivi, ce dernier étant le seul directeur général à subir un audit financier diligenté par la secrétaire d’Etat sur sa gestion des MRBAB et des Musées royaux d’Art et d’Histoire, dits Le Cinquantenaire, dont il a démissionné en 2014 après trois ans d’exercice. L’audit, remis en juin 2016, a été mené sans que l’intéressé ait rencontré l’auditeur, Dominique Kesteloot, agent contractuel à la Politique scientifique (Belspo), « contrairement à ce qu’impose la déontologie et la législation en la matière » avait déploré Michel Draguet dans La Libre. Elke Sleurs avait alors demandé au président du comité de direction de la politique scientifique, René Delcourt, de prendre les mesures nécessaires si les faits étaient avérés.

En février 2015, la secrétaire d’Etat belge avait une nouvelle fois manifesté son opposition aux projets de Michel Draguet, en remettant en question la future « Maison Bruegel » à Bruxelles, un nouvel espace dédié au peintre Bruegel l’Ancien à l’initiative des Musées royaux de Belgique.

Selon L’Echo, Elke Sleurs s’oppose par ailleurs depuis plusieurs mois à la nomination de deux directeurs aux MRBAB (collection et recherche scientifique, service au public). En octobre 2016, elle aurait aussi empêché les MRBAB d’acquérir une œuvre du peintre Rik Wouters - dont Michel Draguet soulignait déjà l’intérêt historique de l’oeuvre en 1994 dans les colonnes du JdA.

Légende photo

Michel Draguet, directeur général des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB) © photo Sophie Delauw

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque