Vendredi 6 décembre 2019

Le Conseil général du Rhône regroupe ses trois musées

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 8 septembre 2011 - 434 mots

LYON [08.09.11] - Le 1er septembre 2011, le département du Rhône, a mutualisé la direction de trois de ses musées : le Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, le Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal et le futur Musée des Confluences. Cette nouvelle organisation doit permettre de finaliser plus rapidement la construction de ce dernier. L’ouverture du Musée des Confluences ne cesse, en effet, d’être retardée depuis plus de 10 ans.

Le 1er septembre 2011, le Conseil général du Rhône, présidé par Michel Mercier, a créé une Direction des musées départementaux regroupant le musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, le musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal et le futur Musée des Confluences. Il en a confié la gestion à Hélène Lafont-Couturier, l’ex-directrice du musée gallo-romain de Lyon-Fourvière. Un conservateur du patrimoine a été placé à la tête de chacun des trois musées. C’est Bruno Jacomy qui a été choisi pour le Musée des Confluences. Il assurait déjà la direction en intérim de l’institution, depuis le départ de son prédécesseur Michel Côté en mai 2010.

Cette nouvelle organisation doit permettre de mutualiser les services des 3 musées, notamment au niveau de la communication, du gardiennage ou de la comptabilité. Des discussions sont également en cours pour transformer les musées en Etablissement public à caractère administratif ou commercial. Si elle était votée, cette mesure permettrait à la Direction des musées départementaux d’obtenir une plus grande autonomie et de faire appel à des financeurs privés.

Toutes ces initiatives marquent la volonté du Département du Rhône d’ouvrir rapidement le Musée des Confluences, destiné à accueillir les collections du Museum d’histoire naturelle de Lyon, depuis le lancement du projet en 1999. Plusieurs problèmes en ont retardé l’ouverture : la complexité du projet architectural proposé par l’agence autrichienne Coop Himmelb, l’arrêt du chantier en 2007 et, dernier revers, le départ, en juin 2010, de Michel Côté, instigateur du projet scientifique et muséographique du musée. Au total, le budget prévu pour 61 millions d’euros est maintenant chiffré à 171 millions, entrainant les critiques de la municipalité et les demandes d’arrêt du chantier.

Le choix d’Hélène Lafont-Couturier à la tête de cette institution n’est pas neutre, puisque cette dernière a déjà piloté l’ouverture de deux musées, notamment le parcours muséographique de la Cité de l’histoire de l’immigration, à Paris. Selon Jean-Jacques Pignard, vice président du Conseil général du Rhône, cité par Le Progrès : « Le musée des Confluences a cessé d’être une Arlésienne. Tous les jours, le bâtiment monte […] La livraison est prévue pour avril 2013. Il faudra ensuite huit à neuf mois pour installer la muséographie, ce qui nous amène à une ouverture pour février 2014 ».

Légende photo

Musée des Confluences - Lyon - © photo Alexia BALAMOUTOFF - 2011 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque