Le cinéma fascine les artistes

Par Anne-Cécile Sanchez · L'ŒIL

Le 22 novembre 2017 - 322 mots

Tendance -  Près de vingt ans se sont écoulés depuis que Charles de Meaux a cofondé, avec Pierre Huyghe, Philippe Parreno et Dominique Gonzalez-Foerster, en collaboration avec le Consortium de Dijon, la société de production Anna Sanders Films.

Un outil de production indépendant au sujet duquel il déclarait en 2008 : « Nous sommes autant les héritiers de Star Wars que du cinéma expérimental […]. Mais nous pourrions tout aussi bien nous référer à la peinture du XVIIIe siècle. » Prémonitoire ? À l’origine du Portrait interdit, son nouveau film à découvrir en salles le 20 décembre, se trouve un tableau réalisé vers 1760, qu’il a découvert au Musée de Dole, petite ville du Jura. « Une sorte de Joconde chinoise peinte par un jésuite français », précise-t-il. Si Charles de Meaux se dit sensible au « pouvoir de narration » de la peinture ancienne, celle-ci n’est pas le sujet de son long métrage, de facture assez classique. Film d’époque en costumes situé dans la Chine impériale de la fin du XVIIIe, avec, dans les rôles principaux, la superstar chinoise Fan Bingbing et l’acteur français Melvil Poupaud, Le Portrait interdit pourrait bien être, de fait, son premier opus grand public. La frontière du 7e art constitue-t-elle un nouvel horizon pour l’art contemporain ? Ils sont en tout cas de plus en plus nombreux à la franchir. Le lauréat du Turner Prize 1999, le Britannique Steve McQueen, est aussi connu pour être le réalisateur oscarisé de 12 Years a Slave. Le prix Marcel Duchamp a été remis cette année au duo de cinéastes et artistes libanais Joana Hadjithomas et Khalil Joreige. Début novembre sortait sur les écrans le documentaire de Clément Cogitore, Braguino, acclamé par la critique, deuxième volet d’un projet qui prend également la forme d’une exposition au BAL, car Clément Cogitore passe volontiers d’un médium à l’autre. Comme si, décidément, le cinéma était l’enfance de l’art.

Le Portrait Interdit, film de Charles de Meaux. Sortie en décembre 2017.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°707 du 1 décembre 2017, avec le titre suivant : Le cinéma fascine les artistes

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque