Le chiffre d’affaires de Christie’s Monde a plongé de 16 % en 2016

Par Éléonore Thery · lejournaldesarts.fr

Le 10 février 2017 - 619 mots

PARIS [10.02.17] - Christie’s a dévoilé ses résultats 2016 pour le monde, accusant une baisse de 16 % de son chiffre d’affaires et de 22 % des ventes publiques. L’année 2015 avait aussi été médiocre. En revanche les ventes de gré à gré et les ventes sur Internet progressent.

Christie’s fêtait ses 250 ans en 2016, pourtant cette année ne restera pas dans les annales comme son meilleur cru. La maison de ventes britannique a publié ses résultats mondiaux 2016 hier jeudi 9 février : la société conserve son leadership, mais son chiffre d’affaires baisse de 16 % par rapport à 2015 pour s’établir à 4 milliards de livres sterling (4,7 milliards d’euros) tandis que les ventes publiques plongeaient de 22 % (3,3 milliards de livres soit 3,8 milliards d’euros), dans un marché de l’art en berne.

C’est la deuxième année consécutive de baisse pour la société de François Pinault (-5 % l’an dernier) après une année 2014 certes exceptionnelle. Le contexte n’était guère favorable : le marché de l’art avait initié une baisse dès le 2e semestre 2015 et les événements politiques, du Brexit à l’élection américaine, n’ont pas constitué un terrain favorable pour que les collectionneurs se dessaisissent de leurs pièces phares.

C’est en effet l’offre qui a fait défaut en cette année 2016, et tout particulièrement les œuvres du plus haut segment de marché. Christie’s se réjouit d’avoir vendu 4 des 5 plus hauts prix de 2016, dont la Meule de Monet pour 81,4 millions de dollars (76,3 millions d’euros). Mais ils feraient presque pâle figure à côté des trophées de l’an dernier : l’œuvre en question n’aurait d’ailleurs été classée que 6e plus haut prix l’an dernier.

C’est dans le domaine de l’art contemporain que le manque de lots phares a été le plus significatif. La société ne livre aucune donnée sectorielle mais ce domaine devrait être celui qui a le plus régressé : ainsi, le volume de ventes de ses traditionnelles grandes vacations du soir organisées à Londres et New York a baissé de près de 45 % par rapport à 2015 (en euros, hors ventes avec commissaire). L’auctioneer, qui n’est pas coté en Bourse, contrairement à Sotheby’s, n’a pas d’obligation de dévoiler ses résultats, aussi le tableau n’est-il pas vraiment complet.

Cependant les ventes privées ont fait un bond de 25 % en 2016 (694 millions de dollars, soit 651 millions d’euros). De même, les ventes sur Internet ont continué de progresser fortement, cumulant 161 millions de livres (151 millions d’euros). Il s’agit encore très majoritairement de ventes « live » reliées à des ventes physiques en salle (111,2 millions de livres, soit 131,5 millions d’euros). Le chiffre d’affaires des vacations « Online only » a quant à lui bondi de plus de 100 %. La maison avait multiplié ces événements (118 ventes en 2016 contre 79 en 2015), qui constituent une façon d’élargir sa clientèle et de se diversifier vers le marché moyen. C’est d’ailleurs par ce biais que l’opérateur a effectivement recruté 33 % de ses nouveaux acheteurs.

L’une des autres informations de cette année 2016 est le fait que 32 % de ses acheteurs lui étaient auparavant inconnus, ces nouveaux venus provenant avant tout des Etats-Unis (à 39 %). Après Pékin en 2016, c’est précisément là que Christie’s installe une nouvelle antenne, à Los Angeles dans les quartiers huppés de Beverly Hills. Sans se diversifier autant que sa consœur Sotheby’s, la société de François Pinault a poursuivi en 2016 le déploiement de services à ses clients. « Notre valeur ajoutée dépasse le fait de proposer les meilleurs objets, nous menons un travail global » expliquait ainsi en janvier dernier Edouard Boccon-Gibod, directeur général de Christie’s France, au Journal des Arts.

Légende photo

Claude Monet (1840-1926), Meule, 1891, 72,7 x 92,1 cm, huile sur toile - Vente Christie's New York du 16 novembre 2016 - Vendu 81 447 500 M$ (76 M€) - Photo Christie's Images Limited

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque