L'artiste russe qui a mis le feu aux portes de l'ex-KGB refuse de s'exprimer à son procès

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 19 mai 2016 - 277 mots

MOSCOU (RUSSIE) [18.05.16] - L'artiste russe Piotr Pavlenski, jugé pour avoir mis le feu aux portes du siège des services secrets russes (FSB, ex-KGB), a refusé de s'exprimer mercredi devant le tribunal lors de la première audience officielle de son procès.

"Je ne vais plus parler", a déclaré dès le début M. Pavlenski depuis la cage des accusés au tribunal Mechtchanski de Moscou.

Il est resté assis tout au long de l'audience malgré l'appel de la juge Elena Goudochnikova à se lever comme le demande la procédure judiciaire.

Lorsqu'il a été emmené au tribunal, l'artiste, 32 ans, a expliqué aux journalistes qu'il ne voulait pas soutenir les "rites bureaucratiques" en s'exprimant au procès.

Piotr Pavlenski, qui a affirmé mardi avoir été passé à tabac par l'un de ses gardiens pendant un transfèrement et avoir une blessure au genou et des hématomes internes, a par ailleurs assuré aux journalistes qu'il "se sentait bien" peu avant le début de l'audience.

Il avait été arrêté en novembre après avoir aspergé d'essence et incendié les portes de l'imposant immeuble de la place de la Loubianka, à proximité du Kremlin, déclarant vouloir dénoncer le "terrorisme" des services de sécurité russes.

Accusé de "dégradation du patrimoine culturel", il risque jusqu'à trois ans de prison. Il a en vain réclamé d'être inculpé pour "terrorisme".

Adepte des performances artistiques à caractère politique, il s'était aussi cloué à travers la peau des testicules sur la place Rouge en 2013, et s'était cousu la bouche en 2012 en signe de soutien aux Pussy Riot, ces jeunes femmes arrêtées et condamnées à deux ans de camp après une "prière punk" anti-Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou.

Légende photo

Pavlensky dans la cage des accusés au tribunal Mechtchanski de Moscou, le 16 mai 2016. Pavlensky risque jusqu'à trois ans de prison pour avoir, lors de sa performance "Threat" (La menace), incendié en novembre 2015 la porte du bâtiment du FSB, appelé autrefois KGB © photo ALEXANDER UTKIN / AFP

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque