Samedi 23 février 2019

L’armée du roi Cambyse : trop belle pour être vraie ?

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 27 novembre 2009 - 338 mots

LE CAIRE (EGYPTE) [27.11.09] – Deux frères explorateurs-archéologues prétendent avoir retrouvé les restes de l’armée du roi perse Cambyse II, disparue dans le désert égyptien aux alentours de 525 av. J.-C. Mais le Conseil des antiquités égyptiennes dément l’information et la découverte fait débat.

Des armes de bronze, un bracelet en argent et des centaines d’ossements humains : voilà ce qu’Angelo et Alfredo Castiglioni, deux italiens explorateurs-archéologues-géologues-réalisateurs de films documentaires, ont découvert dans le désert égyptien à la frontière de la Libye.

Depuis plusieurs années, ils sont à la recherche de la mystérieuse armée du roi perse Cambyse II, mort en 522 avant notre ère. Le fils de Cyrus le Grand avait envoyé un contingent de 50 000 hommes combattre l’empire de Kush (Soudan actuel). Mais l’armée n’a jamais atteint sa destination, comme Hérodote le relate dans ses Enquêtes : les soldats auraient été pris dans une tempête de sable et jamais retrouvés.

Du moins jusqu’à aujourd’hui. Les frères Castiglioni clament avoir retrouvé leurs traces non loin de l’Oasis de Siwa, et ont réalisé un film documentaire de la découverte, diffusé sur la chaîne Discovery Channel.
Armés de détecteurs de métaux, les deux frères n’ont pas eu besoin de déterrer les restes, qui avaient été exhumés par une récente tempête de sable.

Mais le Conseil Suprême des Antiquités égyptiennes (CSA) a déclaré le 12 novembre que l’information était « infondée et mensongère . » Zahi Hawass, chef du Conseil suprême et vice-ministre de la Culture, affirme que les Castiglioni n’ont jamais eu l’autorisation de pratiquer des fouilles en Egypte, et que tout ce qu’ils soutiennent ne doit pas être cru.

Depuis, la découverte fait débat parmi les experts et les passionnés.
L’éditeur d’Archeologia Viva, un important magazine italien sur l’archéologie, Piero Pruneti, explique qu’il est encore trop tôt pour savoir si les restes appartiennent bien à l’armée du roi Cambyse II et que des recherches plus poussées doivent être engagées.
Sur le net, les passionnés s’interrogent également, tel Rogue Classicism qui a mené son enquête sur les acteurs de la découverte.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque