L’archevêque de Westminster réclame qu’un tableau de Piero della Francesca regagne les murs de l’Eglise

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 28 novembre 2008 - 388 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [28.11.08] – Le cardinal Cormac Murphy-O’Connor a demandé à la National Gallery de replacer l’un de ses chefs-d’œuvre de la Renaissance dans son contexte originel.

'Le baptême du Christ'Piero della Francesca

Le chef de l’Eglise romane catholique d’Angleterre et du Pays de Galles, le cardinal Cormac Murphy-O’Connor, a déclaré selon le Times que le Baptême du Christ de Piero della Francesca était avant tout « une œuvre de foi et de piété ». Il réclame à la National Gallery de rendre à ce tableau sa fonction religieuse et de le replacer dans un cadre sacré.

Lors d’une conférence à la Royal Fine Art Commission Trust sur les fondements de la foi, organisée par l’association Sky Art, le cardinal a protesté contre le fait que le tableau de Piero della Francesca soit traité uniquement en tant qu’œuvre d’art et pas assez comme un objet religieux. Il affirme que celui-ci est un support nécessaire aux fidèles et à l’expression de leur foi, et que sa place n’est pas dans un musée. « J’aimerais que cette peinture soit retirée des murs de la National Gallery et placée dans une église catholique de Londres car c’est une erreur de le traiter comme une œuvre d’art : il s’agit d’une œuvre de foi et de piété, d’une expression de la vie de l’Eglise et d’un chemin vers la prière » a-t-il souligné.

Le tableau de Piero della Francesca représentant le baptême du Christ, est un trésor présent dans les collections de la National Gallery depuis 1861. Exécuté vers 1450 par le maître italien pour l’abbaye de Borgo san Sepolcro, ce tableau est une œuvre fragile d’une valeur inestimable. Le conservateur du département des peintures italiennes, Luke Syson, estime que le déménagement de l’œuvre dans la cathédrale de Westminster serait un danger pour celle-ci. Cette opération nécessiterait un travail énorme pour assurer des conditions de conservation et de sécurité idéales.

La National Gallery ne s’oppose pas à accueillir les personnes souhaitant se recueillir devant cette peinture. Un projet de scénographie reconstituant l’ambiance d’une chapelle a notamment été évoqué afin de trouver un compromis. Les visiteurs pourraient ainsi faire l’expérience de l’œuvre de Piero della Francesca dans toute sa dimension.

Le président de la Royal Fine Art Commission, Lord St John of Fawsley, a jugé cette idée brillante. Il pose néanmoins la question de savoir qui payerait la facture.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque