Vendredi 28 février 2020

L’allée des Sphinx à Louxor retrouve son passé

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 8 février 2010 - 436 mots

LOUXOR (EGYPTE) [08.02.10] – Les archéologues égyptiens ont mis à jour les parties ensevelies de l’allée des Sphinx à Louxor qui témoignent de la richesse des pharaons égyptiens. Une cérémonie d’ouverture officielle est prévue le 3 mars 2010 en présence du président Hosni Moubarak.

Les archéologues sont en train de dégager l’ensemble de cette voie longue de 2,7 km et large de 76 mètres, cette voie, parcourue jadis une fois par an par les fidèles égyptiens entre les temples de Louxor et Karnak pour commémorer le mariage du dieu Amon et de la déesse Mout.

Située au cœur de la ville de Louxor, l’allée bordée de sphinx est née de la volonté d’un roi antique il y a 3 400 ans. Cette voie est d’une grande importance notamment religieuse. Elle était, en effet, le lieu de grandes cérémonies religieuses comme celle de l’Opet, une des fêtes les plus somptueuses de l’Egypte pharaonique.

L’allée porte la marque de nombreux pharaons, notamment Ramsès II. Des sphinx et des cartouches de plusieurs rois et reines ont été découverts, indique le conseil des antiquités égyptien. Un cartouche portant le nom de la reine ptolémaïque Cléopâtre a aussi été retrouvé.

L’équipe de fouille a mis au jour un grand nombre de sphinx – 650 des 1350 qui la bordaient par le passe – qui font actuellement l’objet de restaurations par les spécialistes du conseil des antiquités dirigés par le Dr Mahmoud Mabrouk.

Zahi Hawass a déclaré que les travaux de dégagement et de restauration de l’allée font partie du projet du CSA égyptien et du gouvernement de Louxor pour développer la ville dans le cadre d’un musée en plein air. « Les travaux sont en cours pour ramener l’allée à ce qu’elle était du temps des pharaons et l’ouvrir aux touristes » a ajouté M. Hawass.

Au cours d’une visite sur le site, le ministre égyptien de la culture, Farouk Hosni et Zahi Hawass, secrétaire général du CSA ont installé le fragment de granit rouge appartenant au naos du roi Amenemhat I (1991-1962 avant J.-C.) à sa place originelle dans le temple de Karnak.

Ce dernier a été retourné à l’Egypte en octobre 2009 par le Metropolitan Museum de New York (MET) qui l’avait acheté à un collectionneur d’antiquités dans le but de le rendre à l’Egypte. Très attaché à sa politique de restitution à l’Egypte d’œuvres conservées à l’étranger, M. Zahi Hawass ne manqua pas de saluer ce « grand acte » du MET.

Un ensemble de bâtiments de l’époque ptolémaïque et romaine (fabriques de vin et réservoir d’eau), des ateliers de poterie ainsi que des statues et des bas-reliefs ont aussi été découverts.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque