Dimanche 22 septembre 2019

L’acquisition de « trésors nationaux » stable au Royaume-Uni malgré une augmentation des demandes d’exportation

Par Marion Le Bec · lejournaldesarts.fr

Le 5 mars 2014 - 473 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [05.03.14] – le Royaume-Uni a fait l’acquisition de 6 biens menacés d’exportation du 1er mai 2012 au 30 avril 2013, selon un rapport annuel remis à l’Art Council of England.

Alors que sur la période 2011-2012, le Comité consultatif pour l’exportation des œuvres d’art et des biens culturels (Reviewing Comittee) avait signalé 7 cas d’exportation sur 11 au secrétaire d’Etat pour 4 biens finalement acquis, le rapport publié en février 2014 démontre une augmentation des demandes mais des acquisitions stables.

Entre le 1er mai 2012 et le 30 avril 2013, 24 demandes ont été examinées par le Comité consultatif, soit le double en comparaison de l’année précédente. 19 cas (dont un examiné en 2011/12, mais non résolu jusqu'en 2012/13), ont été portés devant le Secrétaire d'Etat pour la Culture, suite aux recommandations du Comité.

Les 19 articles couvrent un large éventail de domaines, allant de la bijouterie, les beaux-arts et arts décoratifs. 6 pièces ont finalement été achetées par des institutions publiques. Des fonds de contrepartie n’ont pu être levés pour 12 articles qui comprenaient, entre autres, un tableau de Pablo Picasso, un album photo compilé par Julia Margaret Cameron, un manuscrit enluminé et une étude de Raphaël.

Le Comité consultatif est composé de 8 membres permanents qui sont en charge d’aviser les autorités sur le contrôle à l’exportation des biens culturels et de signaler au Secrétaire d’Etat les biens menacés d’exportation susceptibles d’être reconnus d’intérêt national mais également de signaler les nécessités d’appel à subvention pour l’acquisition d’un tel bien pour qu’il puisse demeurer sur le sol britannique.

Des examinateurs doivent par ailleurs déterminer l’intérêt national d’un bien culturel ou d’une œuvre sur la base de trois critères que sont sa relation avec l’histoire du pays, son importance esthétique exceptionnelle et enfin, son importance au regard de l’histoire de l’art.

Les obligations du Comité consultatif, créé en 1952, se fondent sur un cadre législatif posé en 2002, « the Export Control Act », qui prévoit le contrôle à l'exportation des marchandises. Selon les dispositions de cette loi, le comité doit rendre compte des opérations de l’année au secrétaire d’Etat à la Culture qui en fait le dépôt, par la suite, devant le Parlement.

Les biens acquis pour la période 2012/13 représentent une valeur totale de 11,2 millions de livres (13,5 M€). Ils concernent entre autres deux œuvres de George Stubbs, acquises par le National Maritime Museum représentant les découvertes du capitaine James Cook (5,5 M£), une toile de Pietro Lorenzetti (v. 1280-1348) acquise par le Hull City Council (1,6 M£) ou encore un coffret orné de plaques de porcelaine chinoise et de bronze datant de la régence, entrée en la possession du Bowes Museum pour 193 250 livres.

Depuis 2003, 75 biens culturels ou œuvres d’art menacées de quitter le Royaume-Uni ont pu trouver acquéreur auprès d’institutions ou de particuliers.

Légende photo

Coffret Régence en porcelaine et bronze doré - Porcelaine Kangxi (1662-1722), les Monts Circa (1720-1725) - Photo Courtesy Arts Council © Crown copyright 2014 - Licence Open Government Licence

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque