Mercredi 19 février 2020

L'achat conjoint de deux Rembrandt scellé par un accord entre Paris et La Haye

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 5 février 2016 - 335 mots

PARIS [01.02.16] - L'acquisition conjointe par la France et les Pays-Bas de deux portraits peints par Rembrandt, une première dans le monde des musées, a été scellée lundi par un accord gouvernemental, a annoncé dans un communiqué le ministère de la Culture.

Le document signé par Fleur Pellerin, ministre de la Culture, et son homologue néerlandaise, Jet Bussemaker, entérine l'achat par les deux pays en septembre pour 160 millions d'euros des deux tableaux du maître néerlandais.

Cette acquisition d'un montant de 80 millions pour le seul musée du Louvre, grâce à un mécénat de la Banque de France, est la plus importante jamais réalisée par un musée français.

Datés de 1634, les portraits représentent deux notables néerlandais Marlen Soolmans et sa future épouse Oopjen Coppit, tous deux habillés de noir et de dentelle blanche, à la veille de leur mariage.

Les deux chefs d'oeuvre "seront dévoilés pour la première fois au public dans les prochaines semaines au musée du Louvre, avant de rejoindre les Pays-Bas où débutera, après leur restauration, l'alternance de leur présentation à Paris et à Amsterdam", indique le ministère de la Culture.

"Les gouvernements français et néerlandais, précise le communiqué, consacrent le caractère inséparable et inaliénable de la paire peinte par Rembrandt en 1634". Les portraits "seront exposés conjointement et alternativement au musée du Louvre et au Rijksmuseum (d'Amsterdam), au sein de deux des plus grandes collections publiques mondiales", ajoute le texte.

L'achat conjoint avait été conclu entre les deux pays au terme de négociations à rebondissements, les Pays-Bas donnant un temps l'impression de vouloir acquérir seuls les deux toiles.

Propriété de la branche française de la famille Rothschild pendant plus d'un siècle, les portraits n'ont été montrés qu'une seule fois au public en 150 ans, lors d'une exposition organisée en 1956.

La famille Rothschild était entrée en contact au printemps 2013 avec le Louvre qui avait finalement déclinée l'offre d'un montant trop élevé pour lui.

Le certificat d'exportation pour les deux toiles, autorisant leur sortie de France, avait alors été délivré.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque