La ville d’Etretat rachète la maison-musée d’Arsène Lupin

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 10 février 2011 - 264 mots

ETRETAT [10.02.11] – Etretat va racheter la maison-musée où Maurice Leblanc a écrit de nombreuses aventures d’Arsène Lupin. Cette villa, propriété de Florence Broespflug-Leblanc l’héritière de l’auteur, abrite un musée dédié au gentleman-cambrioleur.

Etretat va acheter la maison-musée d’Arsène Lupin a annoncé Franck Cottard, maire de la ville, ce mardi 8 février. La petite fille de Maurice Leblanc, Florence Broespflug-Leblanc, propriétaire de la demeure et à l’origine de la création du musée privé du Clos Lupin en 1999, souhaitait vendre « à un repreneur qui saurait perpétuer le musée » selon l’AFP.

Cette acquisition, pour Franck Cottard, s’inscrit dans une politique de développement de la communication touristique autour des nombreux artistes et écrivains (Maupassant, Monet, Corot…) qui ont séjourné à Etretat. L’achat de 640 000 euros est pris en charge à 90 % par la région Haute Normandie et le conseil de Seine-Maritime, les 10% restant revenant à la commune d’Etretat.

Le musée accueille entre 22 000 et 27 000 visiteurs par an, d’après Paris Normandie. Il restera un lieu dédié à la mémoire de Maurice Leblanc et de son personnage fétiche Arsène Lupin. Or, le jardin pourra être utilisé pour des expositions, des concerts et autres animations en période estivale. D’autre part, coïncidence heureuse, l’œuvre de Maurice Leblanc entre dans le domaine public en 2011, ce qui permettra de l’exploiter aisément.

La villa, mêlant style cauchois et anglo-normand, fut baptisée le Clos Lupin en 1918 par Maurice Leblanc, qui y vécu pendant vingt ans. Ce lieu a notamment inspiré l’aventure de l’Aiguille Creuse où Arsène Lupin découvre le trésor des rois de France.

Légende Photo

Maison Maurice Leblanc / Le clos Arsène Lupin - Etretat - Photo Bourrel - 2006 - Licence CC BY SA 2.5

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque