Dimanche 23 février 2020

La Tour Orbit d’Anish Kapoor est déficitaire alors qu’elle devait rapporter de l’argent

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 30 octobre 2015 - 476 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [30.10.15] – Vantée comme « l’une des réussites des Jeux Olympiques de 2012 », la Tour Orbit d’Anish Kapoor s’avère être un gouffre financier. D’après de récents chiffres, elle aurait coûté aux contribuables 725 000 euros, au lieu des 1,7 million de bénéfices escomptés.

La Tour Orbit d’Anish Kapoor, construite en 2012 dans le parc olympique de Londres, aurait coûté 10 000 livres sterling (14 000 euros) par semaine en 2014-2015, d’après des chiffres de la London Legacy Development Corporation (LLDC), publiés dans le Financial Times.

La LLDC avait à l’origine prévu un bénéfice de près d’1,2 million de livres par an. Selon ses comptes, la Tour Orbit a en réalité coûté 520 000 livres (725 000 euros) aux contribuables pour sa première année d’utilisation. Par ailleurs, le nombre de visiteurs annuel a également été revu à la baisse. La LLDC espérait 350 000 visiteurs par an, mais entre avril 2014 et mars 2015 seulement 124 000 visiteurs ont été enregistrés. Malgré ces pertes, la LLDC continue de défendre la Tour Orbit comme « l’une des réussites des Jeux Olympiques de 2012 ».

La Tour Orbit a été commandée par Boris Johnson, le maire de Londres, en 2008 et a coûté aux contribuables 3,1 millions de livres, l’essentiel du coût de construction ayant été pris en charge par l’entreprise sidérurgique ArcelorMittal. Largement perçue comme une tentative du maire de laisser sa marque sur les Jeux olympiques de 2012 (et surnommée « la folie de Boris »), cette sculpture a déjà essuyé de nombreuses critiques. Conçue par Anish Kapoor avec l’aide de l’architecte Cecil Balmond, la tour culmine à 115 mètres au-dessus du sol, ce qui en fait la plus haute sculpture du monde. Elle comprend un restaurant et deux plateformes d’observation au sommet, accessibles par ascenseur.

Fermée pendant les Jeux Olympiques par crainte d’une attaque terroriste, puis adaptée pour une utilisation à long terme, la Tour Orbit a rouvert au public en avril 2014. Le prix d’entrée a été fixé à 10 livres. Pour dynamiser la fréquentation, la LLDC a prévu l’installation d’un gigantesque toboggan, dessiné par l’artiste belge Carsten Höller, pour proposer une alternative ludique à l’escalier de 455 marches. Les visiteurs peuvent déjà descendre en rappel du sommet de la sculpture moyennant 35 livres.

Len Duvall, membre du parti travailliste à l'Assemblée, a déclaré que le fait que l'attraction perde de l'argent trois ans après les Jeux olympiques prouve que la Tour Orbit était un projet extrêmement vaniteux de Boris Johnson. « Les Jeux olympiques était censés être une grande fête du sport, pas une excuse pour construire des monuments inutiles aux frais des contribuables. Quand vous regardez le bilan du maire sur les projets de ce genre, on peut se demander si d'autres projets tels que le pont jardin sont vraiment d’aussi bonnes affaires qu’il voudrait nous le faire croire ».

Légendes photos

La tour ArcelorMittal Orbit Tower en construction © Photo Forgemind ArchiMedia - 2011 - Licence CC BY 2.0

Vue de nuit de l'ArcelorMittal Orbit Tower, Londres © Photo The Orbit - 2012 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque