La Tate serait aujourd’hui riche d'1 milliard de plus si elle avait accepté en 1965 les dons de Mark Rothko

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 7 novembre 2008

LONDRES (UK) [07.11.08] – Les archives d’un ancien directeur de la Tate Modern révèlent que le musée avait refusé en 1965 un don de Rothko de 32 de ses œuvres, qui vaudrait aujourd’hui un total de près d'1 milliard d’euros.

La « Rothko room »© Tate Modern

La découverte récente d’archives de Norman Reid, directeur de la Tate Modern de 1964 à 1979 et ami de Mark Rothko, révèle que l’artiste avait proposé d’offrir au musée en 1965 32 de ses œuvres. La Tate, qui attire en ce moment les foules grâce à son exposition Rothko, n’avait alors accepté que 9 des toiles. Conscients de la réputation de l’artiste, qui était très pointilleux quant à la façon dont ses toiles devaient être exposées, les membres de la Tate ont probablement craint que Rothko n’exige que ses oeuvres fassent partie de la collection permanente, et ne se sont pas hâtés d’accepter son offre.

Norman Reid écrit dans ses notes : « Rothko a évoqué la possibilité de donner toutes ses toiles au musée, mais mes collègues pensent que cela créerait des problèmes considérables, donc nous sommes restés fidèles à l’idée de ne lui accorder qu’un seule salle d’exposition » . Cette pièce, la « Rothko room », expose les 9 seules toiles qui ont été acceptés, et est aujourd’hui l’une des salles les plus visitées de la Tate Modern.

Selon The Art Newspaper (partenaire éditorial du Journal des Arts) qui révèle l’affaire (lire aussi l'article du Guardian), le musée explique qu’il n’a cependant jamais réellement refusé le don. « On a fait comprendre à l’artiste que, pour des contraintes d’espace, le musée ne pourrait jamais lui garantir l’exposition permanente des 32 toiles. Les négociations se sont rapidement tournées vers un don moins important de tableaux, qui pourraient être exposés dans une pièce attitrée ».

La cote de Rothko a beaucoup grimpé depuis, et en 2007, White Centre (Yellow, Pink and Lavender on Rose) s’est vendu pour le prix record de 60 millions d’euros.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque