Mercredi 21 octobre 2020

La rue des Carmes d’Orléans sous instance de classement aux monuments historiques

Par Lucile Pages · lejournaldesarts.fr

Le 24 juillet 2012 - 333 mots

ORLÉANS [24.07.12] – La ministre de la Culture Aurélie Filippetti place en instance de classement aux monuments historiques les 18 immeubles du front sud de la rue des Carmes, qui étaient menacés de destruction.

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a placé en instance de classement au titre des monuments historiques les immeubles de la rue des Carmes d’Orléans le 20 juillet 2012. Les immeubles font partie d’un quartier historique, entrant dans la zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) depuis 2008.

Mais ils étaient voués à la destruction dans le cadre du projet de zone d’aménagement concerté ZAC Carmes-Madeleine de la ville d’Orléans, qui prévoyait l’élargissement de la rue des Carmes pour l’insertion d’une ligne de tramway, dans le cadre d’une requalification du quartier ouest du centre-ville. Cette restructuration urbaine nécessitait la destruction de deux immeubles de la rue des Carmes. Ce projet avait bouleversé les habitants de la ville, et l’association « Aux carmes citoyens » avait fortement lutté contre. La décision ministérielle sauve in extremis ce patrimoine orléanais.

L’enquête publique qui avait approuvé le projet comme étant d’intérêt public en 2011 était la seconde réalisée pour le ZAC Carmes-Madeleine. La première, en 2010, n’avait pas été favorable à la destruction des immeubles. A la suite de la deuxième enquête, la destruction a été officialisée en avril 2012, par arrêté préfectoral. Deux des ces immeubles, une maison à pans de bois du XVIe siècle et un immeuble construit en 1794 par l'architecte orléanais Benoît Lebrun, avaient pourtant fait l'objet en novembre 2011 d'une proposition d'inscription au titre des monuments historiques.

Les 18 immeubles du front sud de la rue des Carmes, datant du Moyen Age au XVIIIe siècle, forment « un tissu homogène d'une très grande valeur d'ensemble ». « C’est un authentique et précieux témoin du patrimoine Orléanais » a précisé le ministère.

Grâce à la décision d’Aurélie Filippetti, les immeubles de la rue des Carmes bénéficient de la protection des monuments historique pendant douze mois.

Légende photo

La station de tram "Royale-Châtelet", rue Royale, Orléans - © Photo Croquant - 2008 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque