La restauration de la Grand Army Plaza de New York fait débat

Par Stefan Cornic · lejournaldesarts.fr

Le 26 juin 2013 - 465 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [26.06.13] – Le Central Park Conservancy qui a planifié la restauration de la célèbre Grand Army Plaza de Manhattan a présenté un plan jugé trop peu ambitieux pour la ville.

Le groupe de philanthropes du Central Park Conservancy, qui gère, restaure et aménage le célèbre parc de Manhattan prévoit de restaurer une statue équestre de William Tecumesh Sherman, personnage historique américain s’étant notamment illustré dans la Guerre de Sécession. Le plan de rénovation de la place sur laquelle elle se trouve, présenté à la Public Design Commission de la ville, lundi 24 juin, n’a cependant pas séduit les membres de la commission, comme le rapporte le New York Times.

Située à Manhattan (ne pas confondre avec la place éponyme qui se trouve à Brooklyn), dans l’angle sud-est de Central Park, longée par la prestigieuse 5e Avenue, la Grand Army Plaza a été conçue par les architectes Carrère & Hastings et achevée en 1916. Référence à la Place de la Concorde de Paris, la Grand Army Plaza, de style beaux-arts, est constituée de deux demi-cercles, traversés par la 59e rue : dans sa partie nord, la statue équestre de William Tecumesh Sherman, dans sa partie sud, devant l’Hôtel Plaza, la Pulitzer Fountain, partie qui n’est pas encore comprise dans le projet d’embellissement.

En 1990 une restauration complète avait été prévue, mais avait été réalisée seulement en partie pour des raisons budgétaires. Le nouveau plan de rénovation, planifié pour un budget de 2 millions de dollars, comprend la plantation d’arbres dévastés lors d’une tempête en 2011, la réparation du dallage ainsi que le remplacement des bancs : trop modeste pour les défenseurs du patrimoine.

Selon le New York Times, la Public Design Commission de New York a demandé au Central Park Conservancy « de retourner à la planche à dessin et de revenir avec un plan plus ambitieux ».

Les membres de la commission, qui ne sembleraient pas convaincus par les contraintes financières avancées, estiment que cette importante place devrait bénéficier d’un réaménagement complet, comprenant une restauration en détails, notamment des lanternes d’origines, des bancs, balustrades et colonnes « qui ont été modifiés ou supprimés au fil des ans ».

Christopher Nolan, vice président du groupe Central Park Conservancy a déclaré « qu’il reviendrait avec un plan plus détaillé, mais que la faisabilité de ce projet dépendrait des contribution privées ou de la ville elle-même ». Pour lui, recréer les balustrades en granit coûterait 3 ou 4 millions supplémentaires.

L’un des membres de la commission, James Polshek s’est déclaré optimiste, toujours dans le New York Times, considérant le fait que de nombreux promoteurs immobiliers, tels que Donald Trump (dont plusieurs tours se trouvent aux environs), pourraient y contribuer.

La commission a voté la proposition « à titre préalable, en attendant un plan global ».

Légende photo

Grand Army Plaza © Photo courtesy Central Park Conservancy

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque