La prochaine biennale de Kiev boycottée par les artistes ?

Par Emmanuel Grynszpan (correspondant à Moscou) · lejournaldesarts.fr

Le 3 octobre 2013 - 366 mots

KIEV (UKRAINE) [03.10.13] - Un appel au boycott a été lancé par des artistes ukrainiens suite à la censure et la destruction d'œuvres par les organisateurs de la prochaine biennale de Kiev prévue en 2014 au Mistetsky Arsenal.

Les relations entre la communauté artistique et le pouvoir ukrainien se dégradent à vue d'œil dans le contexte de la préparation de la seconde biennale ukrainienne, prévue pour septembre 2014. Le site art-leaks.org a publié mercredi une lettre ouverte aux deux commissaires de la biennale, Boris Greys et Maria Lind.

Signée par l'« Initiative d'autodéfense des travailleurs de l'art », la lettre enjoint les commissaires de s'associer au boycott de la manifestation d'art contemporain. Le collectif au nom combatif et un brin ironique accuse les propriétaires du complexe d'exposition « Mistetsky Arsenal », où se tiendra la biennale, « d'être un instrument idéologisé et pro-régime se livrant à un simulacre d'activité culturelle ».

Parmi les artistes signataires de la lettre ouverte figure le groupe R.E.P. connu pour ses prises de position anti-establishment. L'appel au boycott est une réponse à la censure et au vandalisme perpétré par la direction d'Arsenal fin juillet. Juste avant le vernissage d'une exposition inaugurée par le président et le haut clergé ukrainien, une fresque de Vladimir Kouznetsov (membre de R.E.P.) spécialement commandée pour l'événement fut recouverte de peinture noire. L'allégorie politique, qui représentait de matière peu flatteuse le haut clergé, des députés et la police, a été détruite sur ordre de la directrice d'Arsenal Natalia Zabolotnaïa, de sorte que l'œuvre finale se résuma à un rectangle noir de 5 x 11 mètres. Une autre œuvre de Vassili Tsagolov (« Molotov cocktail ») a elle été discrètement retirée de l'exposition.

Lors du vernissage, plusieurs artistes ukrainiens ont protesté en posant devant le « rectangle noir » en cachant leurs visages par de petits rectangles noirs. L'un des curateurs de l'exposition, Alexandre Soloviev, avait alors manifesté sa solidarité en démissionnant, de même que la rédactrice en chef de la revue Art Ukraine, Ekaterina Stoukalova, qui appartient également à Natalia Zabolotnaïa. Le rejet de la contestation politique dans l'art contemporain en Europe de l'Est montre que l'attitude ultraconservatrice du « grand frère » russe fait des émules.

Légende photo

Mistetsky Arsenal, lieu d'exposition de la 2e Biennale de Kiev en Ukraine (2013) - © Photo Posterrr - 2012 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque