Dimanche 23 février 2020

La National Gallery of Art va ajouter plus d’œuvres issues de la Corcoran à ses collections

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 1 octobre 2015 - 586 mots

WASHINGTON (ETATS-UNIS) [01.10.15] – Un an après l’accord qui a placé sous tutelle de la National Gallery of Art les 17 000 œuvres de la Corcoran Gallery, le musée s’apprête à ajouter encore 1 000 pièces à ses collections. En cours de rénovation, l’East Building devrait présenter d’ici fin 2016 une grande partie des œuvres majeures issues de la Corcoran.

En vertu d'un accord passé l’année dernière, la National Gallery of Art a repris sous tutelle la collection de la Corcoran Gallery tandis que l’Université George Washington a pris le contrôle de l’Ecole d’Art et de Design. La mission de la National Gallery of Art est de trouver une destination pour le gigantesque ensemble composé de 17 000 œuvres issues de la Corcoran, en les incluant dans ses propres collections ou dans des musées et des universités du district qui pourront les entretenir et les exposer.

Cet accord historique qui a démantelé le plus ancien musée privé de Washington est une aubaine pour la National Gallery of Art, qui a récupéré une grande partie du butin et continue à augmenter et renforcer ses collections. Le Washington Post rapporte ainsi que lorsque son conseil d'administration aura approuvé la prochaine session d'acquisitions le 1er octobre, la National Gallery of Art détiendra environ 40 % de la collection de la Corcoran, dont des pièces inestimables d’Edgar Degas, Turner, Rembrandt, John Singer Sargent et Edward Hopper.

Les conservateurs doivent en effet apporter une liste de près de 1 000 nouvelles œuvres à ajouter aux collections du musée. En janvier, une première sélection de 6 430 pièces de la collection de la Corcoran Gallery avait déjà été ajoutée à la collection permanente de la National Gallery.

En outre, le musée a également reçu l’année dernière 5,2 millions de dollars issus des fonds de dotation de la Corcoran, un cadeau non révélé auparavant. Les fonds de dotation ont été transférés par le conseil d’administration de la Corcoran, et leur utilisation est limitée à quatre domaines : recherche et publications, entretien des collections, organisation d’expositions et nouvelles acquisitions.

En revanche, un an après l’accord, seules 51 œuvres sont visibles par le public dans les galeries d’exposition. Quelque 5 000 photographies et œuvres sur papier acquises de la Corcoran peuvent également être consultées, mais seulement sur rendez-vous dans les salles d'étude de la National Gallery.

« Nous allons probablement accélérer l'infiltration des œuvres de la Corcoran, et le nombre va augmenter », a assuré Earl A. Powell III, directeur de la National Gallery of Art. « Lorsque nous ouvrirons les galeries de l’East Building dans un peu plus d'un an à partir de maintenant, il y aura certainement un nombre important de pièces majeures qui feront partie de cette présentation ». L’East Building est fermé depuis 2014 pour de grands travaux de rénovation, et devrait rouvrir à la fin de l’année 2016, ajoutant 3 600 mètres carrés d’espace d’exposition.

Toutefois beaucoup sont impatients et critiques quant à l’efficacité du conseil d’administration de la Corcoran, qui continue à fonctionner et planifier de futures expositions. En effet, les galeries publiques de la Corcoran, qui devraient accueillir des expositions d’art moderne et contemporain, restent fermées tant que le travail de rénovation continue, ce qui devrait prendre encore un an d’après Powell. « Ce qui m’a surpris c’est combien de temps cela a pris de créer un programme d’expositions. Ce serait dans l’intérêt de toutes les parties de recréer la Corcoran comme un centre d’activité artistiques à Washington », a déclaré Jayme McLellan, co-fondateur de Save the Corcoran.

Légende photo

National Gallery of Art de in Washington D.C. © Photo AgnosticPreachersKid - 2010 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque