Mercredi 17 juillet 2019

La municipalité de Barcelone ne soutient plus un circuit d’art contemporain

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 9 septembre 2016 - 341 mots

BARCELONE (ESPAGNE) [09.09.16] – L’association Art Barcelona, à l’origine d’un circuit d’art contemporain entre galeries, fondations, centres d’art et musées de la ville, a été sommée par la municipalité de retirer tous ses panneaux signalétiques sur la voie publique. Pour la maire, l’initiative ne répond pas au concept d’intérêt général.

Un arrêté municipal ordonne de retirer tous les panneaux signalétiques implantés sur la voie publique pour indiquer le circuit d’art contemporain de Barcelone. La ville de Barcelone a en effet estimé qu’ils ne répondaient pas à « l’intérêt général », rapporte El Pais et tous les lieux qui ne s’exécutent pas s’exposent à une amende pour « occupation illicite de l’espace public ».

En 2013, l’association Art Barcelona avait fédéré 25 galeries et 12 musées, fondations et centres d’art pour créer un circuit d’art contemporain dans Barcelone. Le « pirulí » (littéralement « sucette »), un poteau de deux mètres et demi de haut, créé par le designer et collectionneur Josep María Civit, en était le symbole. Surmonté d’une pilule (rose pour les galeries et bleue pour les musées), pour illustrer la « dose d’énergie » qu’apporte l’art, il était installé devant chaque lieu étape du circuit.

L’arrêté concerne pour le moment seulement les quartiers de Sarriá-San Gervasi et Gràcia, au nord-ouest de la ville ; mais ce sont justement ces quartiers, légèrement en retrait du centre ville et des circuits touristiques traditionnels, qui avaient besoin davantage de visibilité, souligne Joan Anton Maragall, président d’Art Barcelona. Pour lui, le caractère de service culturel, social, citoyen et touristique de cette initiative n’est pas contestable et la réaction de la municipalité est incompréhensible.

Depuis l’arrivée de la nouvelle maire de Barcelone, Ada Colau, en juin 2015, la ville se livre à une guerre contre le tourisme de masse - qui selon bon nombre de Barcelonais, « dénature la ville ». Ada Colau a notamment mis en place un plan d'urbanisme pour logements touristiques (Peuat) qui découpe la ville en trois cercles concentriques et s’est engagé dans une lutte contre les appartements touristiques illégaux.

Légende photo

Logo de l'association Art Barcelona - Source Art Barcelona

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque