Samedi 24 février 2018

La Grande-Bretagne acquiert le Trésor de Staffordshire

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 25 mars 2010

LONDRES (ROYAUME-UNI) [25.03.10] – Le Trésor de Staffordshire, un des plus importants trésors anglo-saxons, a été sauvé de la dispersion grâce à une subvention d’environ 1,3 millions de livres du National Heritage Memorial Fund (NHMF).

La NHMF qui fait pourtant face à d’importants problèmes financiers – son budget ayant été réduit de moitié – a contribué à hauteur d’environ 1,3 millions de livres à la sauvegarde du trésor de Staffordshire. Cette contribution met fin à neuf mois de campagne pour conserver le Trésor sur le territoire britannique, plus précisément dans deux musées du West Midlands, région de sa découverte.

Trouvé en juin 2009 par un amateur dans la région du Staffordshire, le dépôt daté des VIIe VIIIe siècles qui se compose de 1500 objets à caractère guerrier en or (5 kg) et en argent (1,3 kg) est le plus important trésor anglo-saxon découvert à ce jour.

Déclaré trésor en septembre 2009 par le coroner – fonctionnaire chargé entre autres, de mettre en application le Treasure Act, c’est-à-dire l’ensemble de lois relatives à la découverte d’un trésor –, il devient un bien de la couronne britannique. Récupéré pour des études par le Burningham Archeology, il fait depuis, l’objet d’expositions, d’abord au Burningham Museum & Art Gallery puis au British Museum –jusqu’au 17 avril 2010.

En novembre 2009, le comité chargé d’évaluer le prix du Trésor a estimé celui-ci à plus de 3 millions de livres, somme qui devait être réunie par les musées locaux avant le 17 avril sans quoi le trésor serait alors vendu à des acheteurs privés.

Dame Jenny Abramsky s’est félicité de cette initiative en précisant au Guardian que « c’est exactement pour ce genre de chose que NHMF a été créé » et qu’il répondait ainsi à sa mission première de préservation du patrimoine national d’importance exceptionnelle en danger. La ministre de la Culture britannique, Margaret Hodge, a également salué ce geste.

Néanmoins, une somme supplémentaire d’environ 1,7 millions de livres est nécessaire pour pouvoir étudier et conserver correctement le trésor qui est loin d’avoir livré tous ses secrets.

Les 3,3 millions de livres seront partagées entre le découvreur et le propriétaire du terrain sur lequel le trésor a été découvert.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque