La Géorgie déplore la destruction de 500 sites historiques

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 29 septembre 2008 - 188 mots

TBILISSI (GEORGIE) [29.09.08] - Quelques semaines après la fin des combats entre la Russie et la Géorgie, le ministre de la culture géorgien dresse un lourd bilan de l’intervention russe sur le patrimoine : 500 sites historiques bombardés et pillés.

Le ministre de la culture de Géorgie déplore d’importantes destructions de son patrimoine national, consécutives au conflit qui a touché l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. L’intervention militaire russe et pro-russe serait responsable de la destruction et des pillages de 500 sites historiques et archéologiques qui seraient désormais passés sous le contrôle des forces pro-russes. Cette estimation a été faite grâce aux témoignages de réfugiés, cependant parfois contradictoires quant à l’état de certains bâtiments, et de l’imagerie satellite.

Les destructions toucheraient principalement les sites symboliques de l’histoire nationale géorgienne. Notamment, le musée du Pince Matchabelli, héros national de la lutte contre l’oppresseur russe, aurait été sérieusement bombardé. Même constat pour le complexe monastique médiéval de Nikozi, un des sites les plus importants de Géorgie, dont un des bâtiments a été construit par le roi Vakhlang Gorgaseli, le fondateur de Tbilissi au XV° siècle.
[Source : The Wall Street Journal]

Légende photo

L'église de Nikozi © D.R

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque