La galeriste Soledad Lorenzo promet de donner sa collection de 406 œuvres au Musée Reina SofÁ­a

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 5 novembre 2014 - 298 mots

MADRID (ESPAGNE) [05.11.14] – Soledad Lorenzo a signé, le 3 novembre, le contrat de dépôt de sa collection au Musée Reina SofÁ­a pour une durée de 5 ans prorogeables, avec promesse de legs.

Soledad Lorenzo, qui avait fermé sa galerie en 2012, a fait un dépôt au Musée Reina Sofía de sa collection de 406 œuvres de 89 artistes, dont la plupart sont espagnols. L’ensemble, d’une valeur de 16 millions d’euros, a été prêté pour une durée de 5 ans prorogeables, avec promesse de legs. Les œuvres seront exposées dans le musée à partir de 2016.

Soledad Lorenzo a dit avoir fait ce geste pour l’art : « Ce don permettra de compléter la partie de la collection permanente consacrée à l’art contemporain des années 1980 et 1990. ». « Cela permettra aussi de reconsidérer l’importance des peintres Juan Uslé et Victoria Civera, dont aucune œuvre n’était présente dans la collection du musée », a-t-elle ajouté.

Lors de la cérémonie de signature du contrat qui a eu lieu le 3 novembre à laquelle assistaient le secrétaire d’Etat de la Culture José María Lassalle, le président de la Fondation royale du Musée Reina Sofia Guillermo de la Dehesa et le directeur du Musée Reina Sofia Manuel Borja-Villel, le ministre de la Culture espagnol José Ignacio Wert a rendu hommage à « la grande dame de l’art », pour son geste « généreux ». Il a ensuite évoqué les avantages de la réforme fiscale, qui a été mise en place après la non-approbation de la loi sur le mécénat. Soledad Lorenzo a alors pris la parole : « J’ai lutté pour une fiscalité favorable à l’art pendant toute ma carrière. Mais c’est un autre sujet. Mon don personnel n’a rien à voir avec ce que je pense des lois. » 

Légende photo

Musée Reina Sofia, à Madrid - © Photo Osvaldo Gago - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque