La fondation propriétaire de la collection Stefanini mise sous tutelle fédérale suisse

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 19 février 2015 - 457 mots

BERNE (SUISSE) [19.02.15] - L’autorité fédérale de surveillance des fondations suisse a nommé un commissaire afin de garantir la poursuite régulière des activités de la Fondation pour l’art, la culture et l’histoire (SKKG). Cette entité, qui gère la collection de Bruno Stefanini actuellement exposée à la Fondation Gianadda à Martigny (Valais), fait face à une crise de gouvernance.

Plus de 8 000 peintures et sculptures (parmi lesquelles des œuvres de Ferdinand Hodler et Félix Vallotton), des dizaines de milliers d’objets et d’archives… La collection de Bruno Stefanini (90 ans), natif de Winterthour qui a fait fortune dans l’immobilier, commence à être convoitée. Par les musées (après le Kunstmuseum de Berne l’année dernière, c’est la fondation Gianadda qui expose ces richesses actuellement), mais aussi par ses descendants et les membres de la Fondation pour l'art, la culture et l'histoire (Stiftung für Kunst, Kultur und Geschichte, SKKG) qui gère ce fonds. A tel point que l’autorité fédérale de surveillance des fondations, (l’instance de la Confédération suisse qui s’assure que les biens des fondations reconnues d'utilité publique sont employés conformément à leur destination) s’est saisi du dossier.

Mise sous tutelle
Depuis quelques mois en effet, les deux enfants de Bruno Stefanini, Bettina et Vital, et l'ancien conseil de la fondation se disputent le contrôle de la structure. Le 23 octobre 2014, les parties se sont rencontrées une première fois pour réfléchir à la composition du Conseil de fondation et au droit de nomination, mais aucun accord n'a pu être trouvé. Le 30 janvier 2015, l’Autorité de surveillance a donc décidé de prendre des « mesures supplémentaires de supervision afin de garantir la gestion régulière de la fondation » et a nommé un commissaire.

Dès 2007, l'Autorité fédérale de surveillance des fondations avait alerté la fondation sur l’inexistence d’un inventaire, la nécessité de travaux de rénovation (la fondation est propriétaire de biens immobiliers dont quatre châteaux) et l’état de conservation des œuvres, rappelle le quotidien valaisan Le Nouvelliste.

Modification des statuts refusée
En janvier 2014, le Conseil de fondation a décidé de modifier les statuts, notamment en s’accordant le droit de nommer ses futurs membres. Cette décision étant soumise à approbation, deux requêtes ont été formulées par les enfants de Bruno Stefanini. Le 23 janvier 2015, l’autorité fédérale de surveillance des fondations a refusé la demande de modification des statuts. Si l’état de santé du collectionneur se dégrade, rien ne prouve qu’il soit incapable d’exercer son droit de nomination. Les statuts initiaux de 1980 restent donc pour l’instant en vigueur. La SKKG a désormais jusqu’à fin avril 2015 « pour soumettre un plan détaillant les ressources mises en œuvre pour poursuivre et assurer l’archivage et l’inventaire ainsi que les mesures organisationnelles introduites pour atteindre cet objectif » a ajouté l’autorité de la Confédération.

Légende photo

La Fondation Gianadda à Martigny en Suisse - 2007 © Photo Fondation Gianadda / www.gianadda.ch

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque