Vendredi 21 février 2020

La démolition de l’église Sainte-Rita à Paris empêchée

Par Margot Boutges · lejournaldesarts.fr

Le 6 octobre 2015 - 512 mots

PARIS [06.10.15] - Les défenseurs de l'église Sainte-Rita ont empêché hier lundi le chantier de démolition de l'édifice de démarrer. Décidés à occuper le site toute la semaine, ils ont introduit un référé devant le tribunal administratif, au motif que le permis de construire serait caduc.

Le chantier de démolition de l'église Sainte-Rita, paroisse du XVe arrondissement, qui a pour particularité d’accueillir les animaux, aurait dû commencer lundi 5 octobre. Il a cependant été bloqué par les défenseurs de l'édifice. Riverains, membres de l'association les arches de sainte-Rita, maire du XVe arrondissement (LR)... ont déroulé vers 9h une banderole « non aux spéculations » devant l'édifice néogothique qui doit faire l'objet depuis plusieurs années d'un vaste projet immobilier, et ont empêché le déchargement du matériel destiné aux travaux préparatoires à la démolition.

Ex-propriété de l'obscure association des chapelles catholiques et apostoliques passée en 2012 dans les mains du promoteur immobilier Lamotte (gérant de la société Garibaldi), l'église doit être rasée pour laisser place à un parking et des logements sociaux. En mai et juin, son accès a été muré et son entrée a été dissimulée par une palissade mécanique.

Aujourd'hui, aucun permis de construire (valant autorisation de démolir) n'est affiché sur le terrain, comme le prévoit, le Code de l'urbanisme pour toute la durée du chantier. Délivré en mars 2012 par la mairie de Paris - après que la commission du Vieux Paris ait jugé l'édifice bâti en 1900 peu intéressant d'un point de vue patrimonial - ce permis serait « périmé », selon les défenseurs du lieu. « Le permis de construire n'a pas fait l'objet d'une prorogation de la part du maître d’ouvrage des travaux, la société Garibaldi », déclare l'avocat Alexandre Cuignache, mandaté par l'association Les arches de Sainte Rita qui a introduit un référé au tribunal administratif.

Depuis 2014, la date de validité d’un permis de construire a été allongée de deux à trois ans mais « cela n’est pas valable pour les permis modificatifs lorsque ils n’ont pas reçu de transformations substantielles et ne sont donc pas considérés comme des nouveaux permis ». Le permis de démolir Sainte Rita a été modifié en avril 2013 mais pour l’avocat, le document n’a que peu été modifié et ne peut donc être considéré comme un nouveau permis. « Mais il peut y avoir débat juridique », reconnait-il. Le tribunal tranchera. » 

Les ouvriers ont jeté l'éponge aux alentours de lundi midi et quitté les lieux. Ils étaient cependant de retour ce mardi aux alentours de 6h30 pour installer le chantier « au détriment des règlements de voirie, qui exigent notamment qu’un passage soit prévu pour les piétons », explique Philippe Goujon, le maire du XVe arrondissement, qui avait donné en 2012 un avis défavorable (consultatif) à la destruction de l’église. Aussi le commissaire de police du XVe arrondissement a-t-il fait remballer les installations et a enregistré les plaintes du maire qui aurait subi des menaces de la part des ouvriers en s’interposant face au chantier. Les défenseurs du site se disent prêt à occuper le site toute la semaine.

Légendes photos

Manifestation et ouvriers devant l'église sainte Rita, Paris XV, lundi 5 octobre 2015 © photo Margot Boutges

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque