Samedi 15 décembre 2018

La cour d’Arezzo autorise la vente des archives de Vasari

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 23 mars 2010 - 336 mots

AREZZO (ITALIE) [23.03.10] – Le tribunal d’Arezzo a levé la demande de suspension de vente aux enchères des archives de l’artiste et théoricien de l’art italien de la Renaissance, Giorgio Vasari. Une nouvelle vente devrait se tenir très prochainement.

Le juge Agnese Di Girolamo a annulé le sursis de la vente aux enchères des archives de Vasari demandée par les héritiers du comte Giovanni Festara, propriétaires des précieux documents apprend-on sur le site libero-news.it.

La vente initialement prévue le 9 mars 2010 – pour rembourser les dettes fiscales de plus de 700 000 euros des héritiers – avait fait l’objet d’une annulation à la dernière minute par une décision de justice. Ces derniers s’étaient alors engagés à payer leur dette.

Lors de l’audience du 16 mars 2010, la Cour a rejeté toutes les allégations des héritiers envers l’agence nationale de recouvrement d’impôts, Equitalia Cerit, à savoir l’irrégularité de la saisie des archives par cette dernière et l’estimation jugée trop basse du prix de mise aux enchères.

La Cour a jugé l’expertise correcte et a également ajouté que la vente ne représentait aucun risque pour la conservation des archives. De même, elle a fait part du manque de volonté des héritiers de payer leur dette et jette également un doute sur la crédibilité de l’offre d’achat de la société russe pour 150 millions d’euros.

Le ministre italien de la Culture, Sandro Bondi, n’a pas manqué de manifester sa satisfaction par rapport à la décision du tribunal de rejeter l’opposition à la mise à l’encan des archives de Vasari et confirme de nouveau son intention de participer aux enchères.

« De toute évidence, le tribunal ne tient pas compte des dommages économiques graves qui en résulteraient pour les héritiers » a déclaré Guido Cosulich, l’un des avocats des héritiers Festara.

L’Equitalia Cerit dispose de cinq jours ouvrables à partir du 19 mars 2010 pour fixer la date de la nouvelle vente. Dans cette période, les héritiers réfléchissent à d’autres moyens de recours a précisé Alberto Marchetti, un de leurs avocats.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque