Mercredi 8 décembre 2021

La Cooper Union rétablira la gratuité des cours

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 4 septembre 2015 - 396 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [04.09.15] – Depuis 2011 la Cooper Union, prestigieuse école d’art fondée pour proposer des cours gratuits aux étudiants, avait créé la polémique en décidant de faire payer des frais de scolarité. Poursuivie en justice, l’institution a finalement promis de travailler à la restauration de la gratuité.

Après un an de négociations, de vives protestations et de démissions, la Cooper Union pour le Progrès de la Science et de l'Art a trouvé le moyen de sortir de la tourmente judiciaire, relate The Art Newspaper. Le conseil d'administration a conclu un accord le 2 Septembre avec le collectif Save Cooper Union et le procureur général de New York, qui prévoit le retour à la gratuité de la scolarité, principe fondateur de l’établissement créé en 1859 et ayant accueilli de nombreux artistes de renommée internationale.

L'accord, qui doit encore être approuvé par la Cour Suprême de New York, mettra un terme à l’action en justice intentée par Save Cooper Union en 2014 à l’encontre de l’institution. Selon cet accord, la Cooper Union doit créer un comité, connu sous le nom de « Comité de l'éducation gratuite », chargé d'élaborer un plan pour rétablir la gratuité de la scolarité. Le Comité est tenu de présenter ce plan aux membres du conseil d’administration d’ici janvier 2018. De plus, l'école doit incorporer deux étudiants et des représentants d'anciens élèves à son conseil d'administration. Il est également prévu qu’un contrôleur financier indépendant soit nommé par le procureur général pour évaluer les finances de l'école.

Lorsque le philanthrope Peter Cooper a fondé la prestigieuse école d'art, de design et d'ingénierie en 1859, il souhaitant que l'éducation soit « aussi gratuite que l'air et l'eau ». Cependant, le président Jamshed Bharucha, contraint à la démission en juin, avait annoncé en 2011 que des frais de scolarité seraient demandés aux nouveaux étudiants en raison de la situation financière désastreuse de l’établissement. Les protestations et les occupations des bureaux du proviseur par les étudiants avaient fini par aboutir à une poursuite en justice et au lancement en mars dernier d’une enquête du procureur général de New York. Ce dernier a conclu à une mauvaise gestion financière, dont l’exemple le plus frappant est l’emprunt de 175 millions d’euros pour construite un bâtiment flambant neuf dans l'East Village en 2006. Selon son rapport, les déficits cumulés entre 1990 et 2012 ont dépassé 300 millions de dollars.

Légende photo

Le bâtiment de la Cooper Union © Photo David Shankbone - 2007 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque